Nationaliser : encore une impasse keynésienne !

Publié le par loïc abadie

Nos chers étatistes qui ont contribué à grande échelle à la formation de la bulle de crédit responsable de la crise actuelle prétendent à présent avoir trouvé un nouveau remède miracle : la nationalisation.
Il suffirait donc selon eux de nationaliser les banques, les constructeurs automobiles, et pourquoi pas demain les compagnies aériennes, les promoteurs, les compagnies de BTP et tout ce qui leur passera par la tête pour que la crise s'arrête, et que les consommateurs se remettent à consommer et à vivre au dessus de leurs moyens.
Comme si le fait de renommer "Citigroup" en "US State Group", "General Motors" en "USState motors", "Bank of America" en "Bank of US state" allait effacer miraculeusement toute les dettes en excès du système.

Qu'en est-il vraiment ?

Le premier point est qu'il faut comprendre que dans le contexte actuel (nous nous dirigeons vers une situation de dépression économique dans la plupart des économies développées), l'ensemble des crédits risquent d'être concernés par une hausse exponentielle des taux de défaillance. 
Pas seulement les « subprimes », les créances titrisées à risques aux USA et en Grande-Bretagne, et les prêts à l'Europe de l'Est pour les pays de la zone euro : Les prêts « classiques » à taux fixes sur les marchés domestiques finiront eux aussi par être touchés.
Dans un contexte de dépression, les ménages « sans risque », les entreprises « solides » ayant des crédits « tranquilles » peuvent se retrouver en cessation de paiement.
Avec les niveaux actuels de leverage ratio de la plupart des banques européennes, et avec les niveaux d'exposition au risque des banques américaines, il y a des risques importants pour que cela ne passe pas, c'est à dire qu'en l'absence totale d'intervention de l'état, une majorité de grandes banques pourrait se retrouver en situation d'insolvabilité, ce qui aboutirait à un « bank run » général et à un effondrement total du système financier.
Je ne dirai donc pas que l'état devra rester totalement sans réagir face à ce risque.

Mais l'option « nationalisation » des keynésiens partisans de l'inflation est tout aussi dangereuse pour trois raisons : 

- Elle est injuste, parce qu'elle revient à prendre de l'argent aux contribuables et aux générations futures pour récompenser les acteurs les plus irresponsables et incompétents , c'est à dire que par exemple les créanciers détenteurs d'obligations à risque, qui ont touché des taux d'intérêt très élevés pendant des années pour leur « prise de risque » vont se voir d'un coup « couverts » miraculeusement par les états. La gestion étatiste / socialiste consiste d'ailleurs presque toujours à prendre de l'argent aux acteurs raisonnables pour le donner à ceux qui ont fait les plus mauvais choix.

- Elle aura un effet « boule de neige » catastrophique : A partir du moment où l'état nationalisera une ou plusieurs grandes banques, dans un contexte de peur général, les déposants choisiront sans doute de confier leurs fonds aux banques nationalisées, et retireront leurs fonds de celles qui ne le seront pas.
Résultat : les banques « survivantes » seront à leur tour mises en difficulté et devront être nationalisées.

- Conséquence finale : l'état se retrouvera à la tête de tout le système bancaire (et accessoirement, en fonction de la folie des grandeurs des adeptes du keynésianisme, de toute la production automobile, des transports, des entreprises immobilières et autres).
 Vu que la dette totale présente actuellement dans le système dépasse largement les capacités d'intervention des états (la dette totale, plus de 50 000 milliards de $ aux USA représente environ 20 fois les recettes annuelles de l'état US), l'état se retrouvera à son tour en faillite et le résultat sera identique au final à l'absence totale d'intervention : une catastrophe.

La seule option raisonnable dans le contexte actuel est une action limitée et temporaire de l'état visant à obtenir une liquidation ordonnée de la bulle de crédit.
Il faut renverser le dogme keynésien (on investit 1$ pour créér 5 ou 10 $ de nouveaux crédits censés « soutenir la consommation »), pour aboutir à ce que chaque $ ou chaque € investi par l'état permette de négocier avec les créanciers du système une réduction de la dette totale de 5, 10$ ou plus  :
Au lieu de chercher à relancer le crédit, il faut rechercher le désendettement du système.
En pratique, cela consiste à faire payer au maximum les acteurs qui ont pris des risques : détenteurs de créances titrisées, d'obligations bancaires...etc.

Cela peut se faire de deux façons (qui peuvent être combinées) : 
- L'état apporte une garantie limitée en montant aux dépôts bancaires (100 000€ par déposant et par établissement par exemple) et accepte que les faillites jouent leur rôle au delà de cette limite.

- L'état force les créanciers des banques (hors déposants) à accepter une grosse révision à la baisse de leurs prétentions : Leurs créances seront garanties à hauteur de 60 ou 70%, le solde étant transformé en capitaux propres permettant de renflouer les fonds propres des banques. L'état devrait être assez vite en position de force pour négocier des actions de ce type (même si ce n'est pas encore le cas), vu que dès que les créanciers auront réalisé que le système devient globalement insolvable, ils ont le choix entre risquer de tout perdre ou accepter une perte limitée.

Enfin, il faut que les dirigeants soient conscients qu'ils ont une marge de manoeuvre, mais qu'elle est limitée.
Les états ont actuellement la chance de disposer d'un grand capital confiance des investisseurs, les taux longs étant sous la barre des 5% dans presque toutes les économies développées. Si cette marge de manoeuvre est gaspillée en actions inutiles, coûteuses, et inefficaces (plans de relance du crédit, gonflement du bilan des banques centrales par "quantitative easing"...etc), elle ne sera plus disponible quand les gros problèmes se déclencheront au niveau du système bancaire.





Commenter cet article

Dico 13/03/2009 14:47

Bonjour à tous, Je suis ce site et d'autres depuis plusieurs mois; des sites aux tendances et aux analyses parfois similaires, parfois bien contraires; chaque analyste y allant de sa démonstration perso. En général quand deux démonstrations mènent à des conclusions divergeantes ou quand deux états d'esprit s'opposent ( les sites et leurs auteurs ne se connaissant parfois pas, ne sont  pas directement en confrontation constructive ou ne s'apprécient guère...), je reste parfois sur ma faim! des confrontations directes entre analystes / ténors apporteraient sans doute un plus en réflexion. Dans le cadre de ce site et du développement fait par Loïc sur la déflation à venir, je me permets de le mettre en opposition(positive) avec la réflexion du jour de Jean-pierre Chevallier, un bussiness économiste qui pense que l'on ne va pas dutout vers une quelconque déflation!... Juste afin, cette fois, de  ne pas rester sur ma faim ( et de savoir qui, chiffres à l'appui, aurait la meilleure vision)!http://www.jpchevallier.com/Jean-Pierre CHEVALLIER, business économiste

salomon 10/03/2009 22:49

@ crocodile,conclusion:on peut donc éliminer la décision politique dans le développement de ces orientations monétaires!question: quelle direction donner au rebond de ce jour, avec principaux secteurs surperformants, banques et financières?

crocodile 10/03/2009 21:58

La FED est un organisme privé ! La FED ce n'est pas le gouvernement US !toute la politique de la FED sert des intérêts privés...il fallait que ce soit dit.

loïc abadie 11/03/2009 04:18


Soyons sérieux. La FED est le bras armé de la politique monétaire de l'état US et des interventions keynésiennes de celui-ci, tout comme Freddie et Fannie Mae étaient un bras armé de l'expansion du
crédit et de la fuite en avant dans le crédit organisée par l'état.
Leur statut "privé" n'est qu'une facade qui ne trompera personne : le président de la FED est nommé par le président des états-unis (dans quelle entreprise privée indépendante cela pourrait-il
avoir lieu ?), et reçoit ses directives des responsables politiques US.


salomon 10/03/2009 17:43

bonsoir Loïc,suite à l'article proposé par mtpellier hier, il apparaît qu'il est donc faux de rapporter cette crise au capitalisme. Il serait donc aussi faux que nos gouvernements de droite puissent continuer à se qualifier de capitalistes ou d'user de cette référence pour justifier leurs orientations. Quel qualificatif leur donner alors? Keynes est-il aller aussi loin dans ses théories qu'il donnerait l'absolution aux états dans leur application?Sur le plan pratique, c'est à dire de l'organisation des faits et de leurs rapports, je comprends bien "l'apport keynésien".Sur le plan politique, je vois un hiatus conceptuel. Ou bien , il convient de se prémunir énormément, car l'histoire nous apprend que bien souvent quand le politique prétexte d'un système idéologique pour développer un hydre c'est la dictature dans les suites.

PYTHEAS13 10/03/2009 01:18

La déconnexion du dollar et de l'or, la totale libéralisation des flux de capitaux alliée à la capacité technologique de l'informatique, la vision trés courtisme des investisseurs, un système des échanges totalement déséqulibré des avantages comparatifs imprimant une compression sur les salaires, des rémunérations inconsidérées malgré des pertes gigantesques, l'accroissemnt inimaginables des inégalités, l'économie de prédation générée entre l'économie de production et l'endettement nécessaire à l'absorption d'une offre surabondante, la consanguinité entre sphéres publique et privés, la confusion des genres entre le controlé et le controleur, ne sont pas l'oeuvre d'un étatisme forcené! Elle est le résultat d'une idéologie où le risque ne faisait plus parti du raisonnable au sein du cercle bancaire, ou la finance s'est transfigurée en une industrie au service d'elle-même pour une minorité. 

loïc abadie 10/03/2009 04:05


C'est pourtant bien l'état qui créée les dérèglements que vous citez, à cause des ses interventions inadaptées et incessantes.