Point marchés, septembre 2011

Publié le par loïc abadie

Le rebond technique qui a suivi la vague de baisse de la première de juillet à mi-août a été plutôt faible, et n'a pas permis pour l'instant de regagner la zone des 3400-3500 points sur le CAC.


A) Indicateurs de sentiment

indicateurs de moyen terme (> 6 mois)


Le cash disponible chez les brokers du Nyse restait largement négatif fin juillet, à des niveaux historiquement bas, sans grand changement par rapport à juin . Il faudra attendre de voir les données de la fin août pour voir l'impact du coeur de tendance de la dernière vague de baisse sur les positions à levier sur le nyse. Vous pouvez retrouver les données associées sur le site du NYSE.


 

Le mutual fund cash level : Les données de juillet 2011 ont donné lieu à un nouveau record historique d'optimisme sur cet indicateur, avec un niveau de 3,3% seulement en cash (contre 3,5% lors du pic de 2007 et 4% au sommet de la bulle internet en 2000). L'information délivrée par cet indicateur à long terme est claire : Nous avons de forte chances d'être au début d'un nouveau grand marché baissier.


  Période visée Valeur mai 2011 cible  Position
Mutual fund cash level LT

(6 mois à plusieurs années)

 

3,5

short : 3,7 ou moins

achat : > 9

Fortement baissier.

record historique 


indicateurs de moyen terme (1 à 3 mois)

  Période visée Valeur au 02/09/11 cible  Position
Bull-bear spread

 

Moyen / LT > 2 mois

 

4,3%  short > 30%

 achat < 10%

haussier
Nova / ursa ratio

 

MT (1-2 mois)  +4 (après un pic de l'instantané à +20). short : >= 4

achat : < -5

baissier
Equity PCR (20j) MT (1-2 mois)

 

 0,77 short < 0,63

achat > 0,8

 légèrement haussier



c) indicateurs de court terme (1 semaine)

 

  Période visée Valeur au 02/09/11 cible idéale pour shorter Position
VIX Point d'entrée CT 33,9 achat > 50

short < 27

neutre ou légèrement baissier
Equity PCR (5j) Point d’entrée CT  0,68 achat > 0,85


 

short < 0,63

 

faiblement baissier

 

Graphique de l'EPCR 5 jours :

 


Synthèse des indicateurs :


- Les indicateurs de long terme (cash disponible et mutual fund cash level) confirment les similitudes entre le pic du printemps 2011 et les grands pics de 2000 / 2007, et la probabilité pour que cette période marque un sommet de long terme, suivi d'une baisse durable des marchés.

- Les indicateurs de court et moyen terme sont partagés, souvent proches de la zone neutre. En théorie, il y aurait encore un peu de potentiel pour le rebond amorcé durant la seconde quizaine d'août.


Toutefois, après la séance en forte baisse de vendredi, trois faits me conduisent maintenant à avoir de gros doutes sur cette hypothèse, et à envisager le démarrage immédiat d'une nouvelle vague baissière (voir le décompte elliott ci-dessous) :


Pour lire la suite de cet article, rendez vous sur objectif eco

 

D'autres articles (sur le BX4 et le changement de psychologie en cours) sont également disponibles sur objectif eco.

 

Loïc Abadie

 


Publié dans bourse

Commenter cet article

BA 22/10/2011



Les pays de la zone euro planchent en parallèle sur un chantier beaucoup plus vaste : une participation nettement plus importante que prévu des banques dans le cadre du second
plan d'aide à la Grèce, décidé dans son principe en juillet et portant sur des prêts publics de 109 milliards d'euros.


 


Selon un rapport de la troïka des créanciers de la Grèce (UE, FMI et BCE) remis aux ministres, dont l'AFP a obtenu copie, il faudra que les banques acceptent une dépréciation
(décote) de 60 % de leur créances si l'on veut que le montant de 109 milliards d'euros reste inchangé.


 


Avec une décote à 50 %, le FMI et les Européens et le FMI devront augmenter leurs financements à 114 milliards d'euros, selon les calculs du rapport.


 


Et selon une source diplomatique, les ministres des Finances ont de facto entériné les conclusions. "Au moins 50 % sont nécessaires" pour la décote, a-t-elle souligné. C'est sur
cette base que se tiennent désormais les négociations avec les représentants du secteur bancaire, censées aboutir au plus tard lors d'un sommet décisif de la zone euro le 26 octobre.


 


Reste à savoir si les banques accepteront volontairement de subir ces nouvelles pertes de grande ampleur. En juillet, leur "effort" avait été fixé à seulement 21 %.


 


http://www.romandie.com/news/n/Les_banques_doivent_se_preparer_a_de_lourdes_pertes_sur_la_Grece221020110110.asp



Yves 22/10/2011



Nova Ursa > 8 et CAC EPCR = 0.51 ... à suivre semaine prochaine.



gracques 22/10/2011



bonjour BA,


Les banques ont elles un quelconque choix lorsque leur débiteur se déclare en faillitte ?Oui je sais entre la canonière et prendre la tôle sans rien dire il y a une large pallette de réaction
possible, et on peut faire confiance aux banquiers pour essayer de récuperer leurs sous.


Au fait Sarko 0 fut un bon avocat de leur dossier dans cette affaire , mais il me semble que les vues Allemandes en la matière l'ont emporté . Et face a un accord interétatique ....les banques me
semblent ne pas faire le poids.


Bon la question maintenant est QUI et COMMENT les banques vont elles être aidées ?


Moi j'ai peur de la réponse ! et j'enrage ......



Yves 23/10/2011



POURQUOI aider les banques ? Il faudrait les laisser tomber, bref aide au stricte minimum sinon on part dans toujours plus d'inégalités et on continue la fuite en avant. 



sortirdeleuro2012 07/11/2011



http://sortirdeleuro2012.over-blog.com/


L'euro, une monnaie unique pour des économies divergents, l'euro, une abérraton.