flux W3C

  • Flux RSS des articles

Recherche

Dimanche 4 septembre 7 04 /09 /Sep 18:41

Le rebond technique qui a suivi la vague de baisse de la première de juillet à mi-août a été plutôt faible, et n'a pas permis pour l'instant de regagner la zone des 3400-3500 points sur le CAC.


A) Indicateurs de sentiment

indicateurs de moyen terme (> 6 mois)


Le cash disponible chez les brokers du Nyse restait largement négatif fin juillet, à des niveaux historiquement bas, sans grand changement par rapport à juin . Il faudra attendre de voir les données de la fin août pour voir l'impact du coeur de tendance de la dernière vague de baisse sur les positions à levier sur le nyse. Vous pouvez retrouver les données associées sur le site du NYSE.


 

Le mutual fund cash level : Les données de juillet 2011 ont donné lieu à un nouveau record historique d'optimisme sur cet indicateur, avec un niveau de 3,3% seulement en cash (contre 3,5% lors du pic de 2007 et 4% au sommet de la bulle internet en 2000). L'information délivrée par cet indicateur à long terme est claire : Nous avons de forte chances d'être au début d'un nouveau grand marché baissier.


  Période visée Valeur mai 2011 cible  Position
Mutual fund cash level LT

(6 mois à plusieurs années)

 

3,5

short : 3,7 ou moins

achat : > 9

Fortement baissier.

record historique 


indicateurs de moyen terme (1 à 3 mois)

  Période visée Valeur au 02/09/11 cible  Position
Bull-bear spread

 

Moyen / LT > 2 mois

 

4,3%  short > 30%

 achat < 10%

haussier
Nova / ursa ratio

 

MT (1-2 mois)  +4 (après un pic de l'instantané à +20). short : >= 4

achat : < -5

baissier
Equity PCR (20j) MT (1-2 mois)

 

 0,77 short < 0,63

achat > 0,8

 légèrement haussier



c) indicateurs de court terme (1 semaine)

 

  Période visée Valeur au 02/09/11 cible idéale pour shorter Position
VIX Point d'entrée CT 33,9 achat > 50

short < 27

neutre ou légèrement baissier
Equity PCR (5j) Point d’entrée CT  0,68 achat > 0,85


 

short < 0,63

 

faiblement baissier

 

Graphique de l'EPCR 5 jours :

 


Synthèse des indicateurs :


- Les indicateurs de long terme (cash disponible et mutual fund cash level) confirment les similitudes entre le pic du printemps 2011 et les grands pics de 2000 / 2007, et la probabilité pour que cette période marque un sommet de long terme, suivi d'une baisse durable des marchés.

- Les indicateurs de court et moyen terme sont partagés, souvent proches de la zone neutre. En théorie, il y aurait encore un peu de potentiel pour le rebond amorcé durant la seconde quizaine d'août.


Toutefois, après la séance en forte baisse de vendredi, trois faits me conduisent maintenant à avoir de gros doutes sur cette hypothèse, et à envisager le démarrage immédiat d'une nouvelle vague baissière (voir le décompte elliott ci-dessous) :


Pour lire la suite de cet article, rendez vous sur objectif eco

 

D'autres articles (sur le BX4 et le changement de psychologie en cours) sont également disponibles sur objectif eco.

 

Loïc Abadie

 


Par loïc abadie - Publié dans : bourse
Ecrire un commentaire - Voir les 155 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Samedi 3 septembre 2011, un article très important dans le Wall Street Journal :

 

Talks on Greek Bailout Are Stalled.

 

The suspension pushed yields on Greek government debt to levels indicating that investors see a default by Athens soon as a near certainty : Interest rates on one-year paper blew out past 70 % and two-year yields rose close to 50 %.

 

"I expect a hard default definitely before March, maybe this year, and it could come with this program review," said a senior IMF economist who is keeping close tabs on the situation. "The chances for a second program are slim."

 

Traduction :

 

Les pourparlers sur le renflouement grec sont au point mort.

 

La suspension des pourparlers a poussé les rendements sur la dette grecque à des niveaux indiquant que les investisseurs voient un défaut de paiement d'Athènes comme une quasi-certitude à brève échéance : les taux d'intérêt sur ​​les obligations à un an dépassent 70 % et les taux des obligations à deux ans sont de presque 50 %.

 

"Je m'attends à un dur défaut de paiement certainement avant Mars, peut-être même cette année, et il pourrait venir avec cet examen de programme d'aide", a déclaré un économiste du FMI qui garde un œil attentif sur la situation. "Les chances pour un deuxième programme d'aide sont minces."

 

http://online.wsj.com/article/SB10001424053111904583204576545811058225074.html?mod=WSJEurope_hpp_LEFTTopStories

 

Grèce : taux des obligations à un an : 72,054 %. Record historique battu.

Grèce : taux des obligations à 2 ans : 47,202 %. Record historique battu.

Grèce : taux des obligations à 10 ans : 18,282 %. Record historique battu.

Commentaire n°1 posté par BA le 04/09/2011 à 20h41

Merci beaucoup pour cette analyse. Pour les jours qui viennent, donc ne pas se presser d'acheter , attendre que la baisse soit bien avancée. Et alors acheter à CT puisque la prochaine grande vague de baisse aura lieu dans quelques mois. 

J'ai longtemps été un bull un peu forcené mais capable de paniquer et de tout vendre quand j'étais saisi de grande angoisse. Quelques raclées m'ont rendu plus prudent. Et aussi des analyses qui ne sont pas celles des journaux économiques. Quand je regarde le journal du week-end, je lis un peu partout des conseils du genre "acheter".

Je préfère de loin une attitude où les événements sont clairement envisagés, c'est beaucoup moins stressant et plus rassurant.

Pour ma part, j'ai beaucoup vendu mercredi et je me suis dépêché de liquider beaucoup de positions jeudi.

Ouf! c'est fait. Et la journée de vendredi, je l'ai regardée en spectateur.

Commentaire n°2 posté par Wlamir le 04/09/2011 à 21h55

Petit point bas trouvé et petit rebond pour quelques heures, profitez pour vendre 50% des BX4 puis renforcer...

Commentaire n°4 posté par Patrick le 05/09/2011 à 16h16

Si le rebond qui a eu lieu a été débile , cette vague 5 par contre est impressionnante de force.

De quoi se préparer à la future baissière qui sera bien plus forte.

Commentaire n°5 posté par Wlamir le 05/09/2011 à 20h08

Lundi 5 septembre 2011 :

 

Grèce : taux des obligations à un an : 82,144 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB1YR:IND

 

Grèce : taux des obligations à 2 ans : 50,376 %. Record historique battu.

 

Grèce : taux des obligations à 10 ans : 19,312 %. Record historique battu.

Commentaire n°6 posté par BA le 05/09/2011 à 20h48

Lundi 5 septembre 2011 :

En zone euro, deux groupes de pays sont en train de s'éloigner l'un de l'autre de plus en plus vite.

 

1- Premier groupe : les Etats européens en qui les investisseurs ont confiance.

Leurs taux d'intérêt sont en train de s'effondrer.

Allemagne : taux des obligations à 10 ans : 1,8 %.

Pays-Bas : taux des obligations à 10 ans : 2,3 %.

Finlande : taux des obligations à 10 ans : 2,3 %.

Autriche : taux des obligations à 10 ans : 2,6 %.

France : taux des obligations à 10 ans : 2,6 %.

 

2- Second groupe : les Etats européens en qui les investisseurs n'ont plus confiance.

Leurs taux d'intérêt sont en train de monter.

Espagne : taux des obligations à 10 ans : 5,2 %.

Italie : taux des obligations à 10 ans : 5,5 %.

Irlande : taux des obligations à 10 ans : 8,7 %.

Portugal : taux des obligations à 10 ans : 10,7 %.

Grèce : taux des obligations à 10 ans : 19,3 %.

 

Ces deux groupes de pays divergent de plus en plus.

Cette divergence est intenable.

La zone euro est un navire dont la proue et la poupe s'éloignent l'une de l'autre : ça va finir par craquer.

Aujourd'hui, lundi 5 septembre 2011, nous sommes en train de vivre la dislocation de la zone euro.

Commentaire n°8 posté par BA le 06/09/2011 à 00h17

quel est votre point d entree pour shorter le cac ?

Commentaire n°9 posté par lisag le 06/09/2011 à 10h31

Mardi 6 septembre 2011 :

 

Grèce : taux des obligations à un an : 88,485 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB1YR:IND

 

Grèce : taux des obligations à 2 ans : 52,314 %. Record historique battu.

 

Grèce : taux des obligations à 10 ans : 19,815 %. Record historique battu.

 

Mathieu Bruckmüller : Comment expliquez-vous la déroute des banques en Bourse ?

 

Sébastien Korchia, gérant actions chez Meeschaert : La semaine dernière, une mission d’évaluation composée du FMI, de l’Union Européenne et de la BCE qui s’était rendue en Grèce pour superviser la mise en place de leur plan d’austérité a claqué la porte. Le marché se dit que le FMI pourrait arrêter de renflouer la Grèce. Pour preuve, le taux d’intérêt des obligations grecques à un an a atteint hier les 80%. A deux ans, il est à 49%. De tels chiffres suggèrent que les investisseurs parient sur un défaut quasi-certain du pays. Si cela se produit, c’est la fin de la partie. La Grèce sera en faillite et les obligations grecques ne vaudront plus rien. En conséquence, les banques européennes qui détiennent en partie de la dette grecque (dont la Société Générale, BNP Paribas et BPCE) subiront des pertes conséquentes. Elles devront donc être recapitalisées jusqu’à 200 milliards d’euros si l’on en croit le FMI. Seul hic: faire une augmentation massive de capital en période de chute des marchés boursiers n’est pas très opportun, surtout si toutes les banques se livrent de concert à cet exercice.

 

Mathieu Bruckmüller : Quelle est la solution pour enrayer cette spirale à la baisse ?

 

Sébastien Korchia : La décision est politique. La question qui se pose est : ne faut-il pas laisser sortir la Grèce de l’euro pour qu’elle puisse procéder à une dévaluation massive afin de s’en sortir ? Pour le marché, la solution serait que les sommes consacrées au sauvetage de la Grèce  soient désormais dédiées à la recapitalisation des banques européennes. Bref, laisser la Grèce faire faillite et créer un plan de sauvetage pour les institutions financières. C’est la seule solution pour arrêter l’hémorragie. Car au final, une chute en dominos des banques serait beaucoup plus grave que la faillite de la Grèce.

 

http://www.20minutes.fr/economie/782068-sebastien-korchia-laisser-grece-faire-faillite-creer-plan-sauvetage-banques

Commentaire n°10 posté par BA le 06/09/2011 à 21h31

bonjour loic,

Merci pour votre blog !
Je suis un lecteur assidu depuis fin 2007, et vos conseils m'ont fait limiter la casse ! 

une remarque a propos de l'indicateur LT "Mutual_Fund_Cash_Levels"
celui-ci est trés dépendant des taux d'interets/inflation

Si la rémunération du cash (monetaire tres court terme) est a 10-15% comme dans les années 70-80 on est plus enclin a avoir une part du portif en cash

Avec des taux a ~0% aujourd'hui les gérants ne restent en cash que s'ils n'ont pas le choix.

=> le Mutual_Fund_Cash_Levels est peut etre un bon indicateur "toute choses égales par ailleur",
ou plutot "avec des taux relativement stables".

=> si les taux montent brusquement, cet indicateur pourrait ne pas déclencher d'alarme. 

--toti

Commentaire n°12 posté par toti le 07/09/2011 à 05h26

Mercredi 7 septembre 2011 :

 

Crise de la dette : la justice allemande valide les aides à l’euro.

 

La plus haute instance judiciaire allemande a jugé à cet égard que le gouvernement « avait l’obligation d’obtenir le feu vert préalable » de la commission budgétaire du Bundestag, la chambre basse du parlement, avant de prendre un quelconque engagement.

 

Pas question par ailleurs pour Berlin de ratifier des accords prévoyant une « communauté de dettes (…), surtout si elle est liée à des conséquences difficilement prévisibles », ont prévenu les juges suprêmes, ce qui peut donner des arguments aux adversaires des obligations européennes communes ou « eurobonds ».

 

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=7c6991258e29eab8c386806b32d20fa3

 

En clair :

 

- L’Union Européenne ne deviendra jamais une union des dettes.

 

- Et il n’y aura jamais d’eurobonds.

 

- De toute façon, les Etats européens riches n’arrêtent pas de répéter qu’ils sont contre la création d’eurobonds.

 

- Bon, maintenant, qu’est-ce qu’on fait des cinq Etats européens en faillite ?

 

J’aimerais que Nicolas Sarkozy, François Fillon, François Baroin, etc, répondent clairement à cette question :

 

« Maintenant, qu’est-ce qu’on fait des cinq Etats européens en faillite ? »

Commentaire n°13 posté par BA le 07/09/2011 à 13h01

Mercredi 7 septembre 2011 :

 

Grèce : taux des obligations à un an : 96,952 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB1YR:IND

 

Grèce : taux des obligations à 2 ans : 54,918 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB2YR:IND

 

Grèce : taux des obligations à 10 ans : 20,082 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

Commentaire n°14 posté par BA le 07/09/2011 à 21h01

A propos des Etats européens en faillite, il n'y a pas que la Grèce : le Portugal est lui-aussi en faillite. Le Portugal est un des trois Etats européens placés sous perfusion du FMI et de l'Union Européenne.

 

Comme pour la Grèce, la situation financière du Portugal est de plus en plus catastrophique.

 

Quand l'Allemagne lance un emprunt à 3 mois, elle doit payer un taux d'intérêt d'environ 0,540 %.

 

Quand la France lance un emprunt à 3 mois, elle doit payer un taux d'intérêt d'environ 0,554 %.

 

Et le Portugal ?

 

Mercredi 7 septembre 2011, le Portugal a lancé un emprunt à 3 mois : le Portugal a dû payer un taux d'intérêt d'environ ... 4,959 % !

 

Les taux étaient en hausse par rapport à la précédente émission.

 

http://www.europe1.fr/Economie/Le-Portugal-emprunte-854-M-d-euros-705933/

 

Plus les jours passent, plus le Portugal emprunte à des taux de plus en plus exorbitants.

 

Plus les jours passent, plus le Portugal se rapproche du défaut de paiement.

Commentaire n°15 posté par BA le 07/09/2011 à 23h13

La zone euro est en train de se disloquer. Cette semaine, trois Etats européens ont emprunté sur les marchés internationaux : la France, le Portugal, la Grèce. Nous pouvons donc comparer la confiance que ces trois Etats européens inspirent aux investisseurs internationaux.

 

Pour un emprunt à 3 mois :

 

Mercredi 7 septembre 2011, la France a lancé un emprunt à 3 mois : elle a dû payer un taux d'intérêt de 0,554 %. C'est à peu près le taux d'intérêt que doit payer l'Allemagne : pour un emprunt à 3 mois, l'Allemagne doit payer environ 0,540 %.

 

Mais en revanche, le même jour, le Portugal a dû payer un taux d'intérêt de 4,959 % ! Les taux étaient en hausse par rapport à la précédente émission.

 

Pour un emprunt à 6 mois :

 

Mercredi 7 septembre 2011, la France a lancé un emprunt à 6 mois : elle a dû payer un taux d'intérêt de 0,564 %. C'est à peu près le taux d'intérêt que doit payer l'Allemagne : pour un emprunt à 6 mois, l'Allemagne doit payer environ 0,550 %.

 

Mais en revanche, la veille, mardi 6 septembre 2011, la Grèce avait dû payer un taux d'intérêt de 4,8 % ! Tous ces chiffres montrent ce qui se passe en zone euro :

 

- Les Etats européens riches (France, Allemagne, Pays-Bas, Autriche, Finlande, etc) continuent à emprunter à des taux d'intérêt de plus en plus bas.

 

- Les Etats européens en faillite ne peuvent même plus emprunter sur les marchés internationaux pour des emprunts à un an, à deux ans, à trois ans, à quatre ans, ... Sinon, ils devraient payer des taux d'intéret démentiels.

 

- Les Etats européens en faillite sont condamnés à se financer en empruntant à trois mois et à six mois : les Etats européens en faillite doivent payer des taux d'intérêt exorbitants.

 

- Les Etats européens en faillite foncent vers le défaut de paiement.

 

http://www.europe1.fr/Economie/Le-Portugal-emprunte-854-M-d-euros-705933/

Commentaire n°16 posté par BA le 08/09/2011 à 07h52

Jeudi 8 septembre 2011 :

 

Grèce : le PIB au 2ème trimestre s'est enfoncé plus qu'annoncé : - 7,3 % sur un an.

 

L'Autorité des statistiques grecques a révisé jeudi à la hausse, à - 7,3 % sur un an, la contraction du produit intérieur brut (PIB) grec au deuxième trimestre, contre une baisse évaluée à - 6,9 % par de premières estimations.

 

Cette nouvelle estimation, toujours provisoire mais incluant de nouvelles données, révise aussi à la hausse le recul du PIB au premier trimestre, à - 8,1 %. 

 

http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Grece_PIB_au_2e_trimestre_s_est_enfonce_plus_qu_annonce__73_sur_un_an080920111309.asp

 

 

Grèce : taux des obligations à un an : 94,716 %.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB1YR:IND

 

Grèce : taux des obligations à 2 ans : 55,050 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB2YR:IND

 

Grèce : taux des obligations à 10 ans : 20,127 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

Commentaire n°17 posté par BA le 08/09/2011 à 22h09

Et j'entends encore et toujours des analystes dire comme des moutons bêlants : "Les actions sont pas chères, les actions sont pas chères, les actions sont pas chères,... BêêêBêêê... Bêêê..."

"Les sociétés du CAC 40 NE PEUVENT PAS FAIRE FAILLITE... C'EST IMPOSSIBLE... Bêêê... Bêêê... Bêêê..."

Tous ces gens pensent LINEAIRE, INCAPABLES d'envisager une RUPTURE BRUTALE de leur environnement !!!

Commentaire n°19 posté par Patrick le 09/09/2011 à 20h13

Vendredi 9 septembre 2011 :

 

Grèce : taux des obligations à un an : 97,964 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB1YR:IND

 

Grèce : taux des obligations à 2 ans : 56,976 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB2YR:IND

 

Grèce : taux des obligations à 10 ans : 20,555 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

Commentaire n°20 posté par BA le 09/09/2011 à 21h09

Samedi 10 septembre 2011 :

 

La signification de la démission de Jürgen Stark : cette démission signifie que la France n'est plus dans le groupe des Etats européens du Nord. Cette démission signifie que la France vient de basculer dans le groupe des Etats européens périphériques.

 

1- Le groupe des Etats européens du Nord était jusqu'à présent constitué des Etats du coeur de l'Europe, du Nord de l'Europe, et la France en faisait partie. 

 

La caractéristique de ce groupe est la suivante : les Etats européens du Nord ne veulent pas payer pour sauver les Etats européens périphériques.

 

Exemple numéro 1 : jeudi 30 juin 2011, le Royaume-uni, l'Allemagne, la France, les Pays-Bas, la Finlande, le Danemark et la Suède déclarent qu'ils ne veulent pas que le budget de l'Union Européenne soit porté à 1,11 % du PIB de l'Union Européenne. Ils veulent que le budget de l'UE reste au niveau ridicule de 1 % du PIB de l'UE.

 

Exemple numéro 2 : les Etats européens du Nord ne veulent pas la création des eurobonds.

 

Exemple numéro 3 : les dirigeants de la BCE originaires des Etats européens du Nord ne veulent pas que la BCE rachète les obligations des Etats européens périphériques. L'Allemand Jürgen Stark était notoirement opposé à cette action, rejoint en cela par le patron de la Bundesbank, l'Allemand Jens Weidmann, ou encore le Néerlandais Klaas Knot.

 

Lisez cet article très important :

 

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/09/09/04016-20110909ARTFIG00668-la-bce-se-dechire-sur-la-strategie-pour-sauver-l-euro.php

 

 

2- Le groupe des Etats européens périphériques était jusqu'à présent constitué des cinq Etats européens en faillite : Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne.

 

La caractéristique de ce groupe est la suivante : les Etats européens périphériques sont en faillite, et ils veulent que les Etats européens du Nord paient davantage pour les aider. 

 

Exemple numéro 1 : les Etats européens périphériques veulent que le budget de l'UE soit augmenté de façon massive.

 

Exemple numéro 2 : les Etats européens périphériques veulent la création des eurobonds.

 

Exemple numéro 3 : les Etats européens périphériques veulent que la BCE rachète massivement leurs obligations d'Etat.

 

Conclusion : la zone euro est en train de se disloquer. Les Etats européens ne sont pas d'accord entre eux. Leurs intérêts ne sont pas les mêmes. Et en plus, à l'intérieur même de la BCE, les dirigeants de la BCE ne sont pas du tout d'accord entre eux.

 

Conclusion numéro 2 : samedi 10 septembre 2011, la zone euro s'est brisée en deux groupes d'Etats : 

- le groupe des Etats européens du Nord 

- et le groupe des Etats européens périphériques : Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne, France.

Commentaire n°21 posté par BA le 10/09/2011 à 17h08

"Les actions sont pas cheres... achetez"... 

Moody's Downgrade Of French Banks Imminent, Risk Waterfall To Follow?

Commentaire n°22 posté par Patrick le 11/09/2011 à 08h36

Lundi 12 septembre 2011 : l’Italie a lancé un emprunt à 3 mois. L’Italie a dû payer un taux d’intérêt de 1,907 %. Les taux sont en hausse : c’était 1,034 % lors de la précédente émission.

 

En outre, l’Italie a lancé un emprunt à 1 an. L’Italie a dû payer un taux d’intérêt de 4,153 %. Les taux sont en hausse : c’était 2,959 % lors de la précédente émission.

 

Grèce : taux des obligations à un an : 117,211 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB1YR:IND

 

Grèce : taux des obligations à 2 ans : 69,551 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB2YR:IND

 

Grèce : taux des obligations à 10 ans : 23,544 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

Commentaire n°23 posté par BA le 12/09/2011 à 22h45

Mardi 13 septembre 2011 : l’Italie a lancé un emprunt à 5 ans. L’Italie a dû payer un taux d’intérêt de 5,60 %. Les taux sont en hausse : c’était 4,93 % lors de la précédente émission.

 

En outre, l’Italie a lancé un emprunt à 7 ans. L’Italie a dû payer un taux d’intérêt de 5,59 %. Les taux sont en hausse : c’était 4,95 % lors de la précédente émission.

 

Enfin, l’Italie a lancé un emprunt à 9 ans. L’Italie a dû payer un taux d’intérêt de 5,49 %. Les taux sont en hausse : c’était 3,58 % lors de la précédente émission.

 

Grèce : taux des obligations à un an : 134,585 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB1YR:IND

 

Grèce : taux des obligations à 2 ans : 76,734 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB2YR:IND

 

Grèce : taux des obligations à 10 ans : 24,478 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

Commentaire n°24 posté par BA le 13/09/2011 à 21h14

Mercredi 14 septembre 2011 :

 

L'agence d'évaluation financière Moody's a abaissé d'un cran la note des banques Société Générale et Crédit Agricole mais n'a pas touché à celle de BNP Paribas, selon un communiqué publié mercredi, confirmant une rumeur qui circulait depuis dimanche.

 

Dans le cas de Crédit Agricole SA, dont la note passe de "Aa1" à "Aa2", la décision est liée à l'exposition à la Grèce, tandis que dans celui de Société Générale, dont la note est rétrogradée de "Aa2" à "Aa3", la révision tient à la réévaluation de l'aide que pourraient fournir les pouvoirs publics en cas de crise grave.

 

En revanche, elle a maintenu la note de BNP Paribas, qui est toutefois toujours placée "sous surveillance négative", ce qui signifie qu'elle n'est pas à l'abri d'une dégradation.

 

L'agence avait annoncé mi-juin qu'elle pourrait abaisser la note de ces trois banques du fait de leur exposition à la Grèce.

 

Dans le cas du Crédit Agricole, Moody's juge que si le groupe affiche des ressources en fonds propres "considérables" pour absorber des pertes potentielles liées à la Grèce, son exposition elle-même "est trop importante pour correspondre aux notes actuelles" de la banque.

Commentaire n°25 posté par BA le 14/09/2011 à 09h03

Mercredi 14 septembre 2011 :

 

Grèce : «Le risque de contagion est énorme» selon la Commission européenne.

 

«Une restructuration ordonnée de la dette grecque relève de l'illusion», a estimé mercredi le directeur général aux affaires économiques et monétaires de la Commission européenne, Marco Buti. «Le risque de contagion de la crise est énorme», a-t-il ajouté.

 

«Il y a deux illusions autour de la Grèce. La première, c'est qu'elle est en mesure de procéder à une restructuration ordonnée», a-t-il dit à propos du programme décidé fin juillet consistant à échanger des titres obligataires détenus par le secteur privé.  «Il y a eu des difficultés, mais c'est la bonne direction», a-t-il toutefois concédé.

 

La seconde illusion, de l'avis de Marco Buti, est de penser que la crise grecque peut être contenue à l'intérieur de ses frontières. «Le risque de contagion est énorme», a-t-il dit.

 

http://www.20minutes.fr/ledirect/787018/grece-risque-contagion-enorme-selon-commission-europeenne

Commentaire n°26 posté par BA le 14/09/2011 à 16h05

Mercredi 14 septembre 2011 :

 

Grèce : la banque ATEbank solliciterait une aide.

 

La banque ATEbank, contrôlée par l'Etat grec, a annoncé mercredi que si les retraits continuaient, elle aurait recours à l'Assistance d'urgence à la liquidité (ELA).

 

L'Assistance d'urgence à la liquidité (Emergency Liquidity Assistance, ELA) est une des options à la disposition de la zone euro pour maintenir les banques grecques à flot au cas où le pays ferait défaut sur sa dette souveraine. 

La banque centrale européenne (BCE) la définit comme un soutien des banques centrales dans « des circonstances exceptionnelles et au cas par cas à des marchés ou des institutions temporairement à court de liquidité. »

 

Les prêts sont attribués à la discrétion des banques centrales nationales bien qu'ils doivent être approuvés par la BCE. 

ATEbank a annoncé une baisse de 12,5 % sur un an des dépôts lors de ses résultats du premier semestre.

 

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/09/14/97002-20110914FILWWW00671-grece-atebank-solliciterait-une-aide.php

 

Grèce : taux des obligations à un an : 141,800 %. Record historique battu.

 

http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB1YR:IND

 

Grèce : taux des obligations à 2 ans : 74,488 %.


Grèce : taux des obligations à 10 ans : 25,680 %. Record historique battu.

 

Commentaire n°27 posté par BA le 14/09/2011 à 20h43

Assiste-t-on aujourd'hui à : "Vendez la Rumeur... Achetez la nouvelle..." ? et/ou une intervention massive des Banques Centrales pour éviter la panique sur les banques...

Dégradation des banques françaises = "Même pas peur !".

A force d'avoir peur de rien... on se brûle...!!!

Commentaire n°28 posté par Patrick le 14/09/2011 à 20h55

lien dailymoche : http://www.dailymotion.com/video/xl3hpx_paroles-de-traders_news#from=embediframe

Commentaire n°29 posté par traqueurs le 15/09/2011 à 12h51



lien.mp3 : http://rf.proxycast.org/m/media/296096201420.mp3?c=culture&p=LES+NOUVEAUX+CHEMINS+DE+LA+CONNAISSANCE_10467&l3=20110915&l4=&media_url=http%3A%2F%2Fmedia.radiofrance-podcast.net%2Fpodcast09%2F10467-15.09.2011-ITEMA_20308797-0.mp3

lien .xml : http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_10467.xml

lien podcast : http://www.franceculture.com/podcast/4291977

lien joueur : http://www.franceculture.com/player?p=reecoute-4307655#reecoute-4307655

lien audio : http://www.franceculture.com/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-la-main-44-la-main-invisible-adam-smith-2011-09-15.


Les Nouveaux chemins de la connaissance

Syndiquer le contenu par Adèle Van Reeth, Philippe Petit

 Le site de l'émission

Emission Les Nouveaux chemins de la connaissance

du lundi au vendredi de 10h à 11h

Ecoutez l'émission 50 minutes

La Main 4/4: La main invisible: Adam Smith. 3

15.09.2011 - 10:00
Adèle Van Reeth reçoit Catherine Audard à propos de la main-invisble chez Adam Smith.

 

Extraits:

- Your own sweet way, The Notting Hillbillies

- Working in a coal mine, Lee Dorsey

- Invisible man, Queen


- Un homme d'exception, réalisé par Ron Howard avec Russell Crowe et Ed Harris (2001)

- Ma part du gâteau, réalisé par Cédric Klapish avec Karin Viard et Gilles Lelouch (2011)

 

Lectures:

- Théorie des Sentiments moraux, (IV, 1), Adam Smith

- La fable des abeilles, Bernard Mandeville

 

Réalisation: Mydia Portis-Guérin

Lecture des textes: Cécile Backès

Invité(s) :
Catherine Audard, professeur de philosophie morale et politique à la London School of Economics (Department of Philosophy)

Thème(s) : Idées| Economie| Philosophie
Document(s)

    Qu'est-ce que le libéralisme ? : éthique, politique, société
        Catherine Audard
    Gallimard. Folio essais, n° 524, 2009

3 commentaires
Portrait de Anonyme Jeanne R.15.09.2011

Vous dites dans votre commentaire, monsieur Lestrade, que "l'homme est en moyenne sympa" ; à cela je dirais plutôt que l'homme est ce que l'on veut qu'il soit !
Jeanne R.

Portrait de Anonyme André Lestrade15.09.2011

Ne trouvez-vous pas que dans la façon qu'a ce discours de poser les problèmes moraux, il y a une certaine désinvolture? La civilisation est faite d'"émotions superficielles" (à approfondir par l'"éducation"), mais l'homme est en moyenne sympa, et puis les "vices" et les "vertus", c'est bien relatif, etc., etc. Il y a là-dedans tellement de présupposés considérés comme acquis! Il me semble par exemple que la question des rapports entre la morale subjective et l'action effective, ou l'histoire réelle, a pour le moins des implications plus dramatiques. Dans le "Soulier de satin", il y a une histoire de conquistador sans foi ni loi allant chercher la quinine aux antipodes. Et puisqu'il est question de mains, rappelons que "les kantiens n'ont pas les mains sales parce qu'ils n'ont pas de mains".

Portrait de Anonyme Kercoz15.09.2011

Bonjour .
Il me semble que l'aspect principal de l'auto-régulation pour qu'il fonctionne n'est pas évoqué : l'aspect STRUCTUREL.
Tous les systèmes naturels sont autorégulés et parcellisés . Pour l' espece humaine , celà devrait passer par le modèle qui a formaté ET l' individu ET le groupe : le groupe restreint et les groupes de groupes ... le modèle parcellisé fractal .
C'est a rapprocher a la stabilité des systèmes complexes (Th.du Chaos) /Prigogine ...
On peut aussi avoir cette approche en constatant que l' affect est un intrant majeur ds les interactions entre individus . L' homme veut etre reconnu . Et pour etre reconnu , il doit etre connu .....donc vivre ds un groupe restreint .

Votre commentaire

Commentaire n°30 posté par la_main_invisible_aux_fesses le 15/09/2011 à 14h26

Jeudi 15 septembre 2011 :

 

Angela Merkel déclare qu'elle est contre les euro-obligations : "Les euro-obligations seraient une erreur absolue. Pour avoir des taux d'intérêt communs, il faut des niveaux de compétitivité similaires et des situations budgétaires similaires. On n'arrive pas à cela en mettant en commun des dettes."

 

http://www.latribune.fr/depeches/reuters/les-euro-obligations-seraient-une-erreur-absolue-dit-merkel.html

 

Le Premier ministre autrichien Werner Faymann déclare qu'il est contre les euro-obligations : "Austrian Chancellor Werner Faymann joined Germany and France in rejecting common euro-area bonds and said a centralized economic government for the region is unrealistic because it would require a treaty change."

 

http://www.bloomberg.com/news/2011-08-23/austria-s-faymann-rejects-euro-bonds-echoing-merkel-criticism.html

 

Le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen déclare qu'il est contre les euro-obligations : "Jyrki Katainen a par ailleurs répété l'opposition de son pays, qui bénéfice d'une notation triple-A, à la création d'euro-obligations."

 

http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRPAE77M0R420110823?pageNumber=1&virtualBrandChannel=0

 

Le Premier ministre des Pays-Bas Mark Nutte déclare qu'il est contre les euro-obligations : "Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a déclaré mardi 16 août 2011 ne pas être en faveur de l'idée d'euro-obligations («eurobonds») ou d'un renforcement du fonds de sauvetage européen, et préfère des sanctions automatiques contre les mauvais élèves de la zone euro."

 

Ces quatre exemples montrent une chose très importante : les Etats européens riches sont contre les euro-obligations, car les Etats européens riches ne veulent pas payer un taux d'intérêt supérieur au taux d'intérêt qu'ils paient aujourd'hui.

 

Autrement dit : les Etats européens du Nord ne veulent pas payer pour sauver les Etats européens périphériques.

Commentaire n°31 posté par BA le 15/09/2011 à 23h26
Commentaire n°32 posté par Gerald Langelier le 16/09/2011 à 02h54

"La campagne s'est focalisée sur la politique économique à mettre en place pour sortir le Danemark de la crise.

Face à l'austérité prônée par M. Rasmussen, Mme Thorning-Schmidt a promis de stimuler l'économie par des dépenses budgétaires. Elle compte ainsi injecter environ 18 milliards de couronnes (2,41 milliards d'euros) qui seraient financés par une heure de travail hebdomadaire supplémentaire." AFP

http://www.boursorama.com/pratique/actu/detail_actu_flash.phtml?num=e001d670fca32f6a2a620bfb9fd32ccd

Le peuple danois a choisi la relance budgétaire et a refusé la direction de l'austérité.

Commentaire n°33 posté par Wlamir le 16/09/2011 à 09h44
Commentaire n°34 posté par Gerald Langelier le 17/09/2011 à 19h19

Le message de 21h07 n'est pas de moi. Merci de le supprimer.

 

 

BA.

Commentaire n°35 posté par BA le 17/09/2011 à 22h23

C'est fait !

Réponse de loïc abadie le 18/09/2011 à 06h07
Commentaire n°38 posté par Patrick le 17/09/2011 à 23h04

Former UK PM Brown Comes Clean On 'Grossly Under-Capitalized' European Banks

Sovereign Debt United Kingdom

It appears that once politicians become disentangled from the incessant need for happy-speak and propaganda, truthiness is much more capable of flowing from their orifices. During a speech at the World Economic Forum on Friday, Gordon Brown explains what everyone in power knows, yet is loathed to admit, that "Theeuro cannot survive in its present form, it’s going to have to be reformed dramatically. We are I think at an hour to midnight in the way that we look at this issue." He adds "European banks as a whole are grossly under-capitalized."

Commentaire n°39 posté par Patrick le 18/09/2011 à 00h09

Vendredi 16 septembre 2011 :

 

66 % des Allemands sont contre l'aide à la Grèce et aux autres Etats surendettés.

 

60 % des Allemands pensent que l'Allemagne n'a plus rien à gagner à rester dans l'Union Européenne.

 

http://www.faz.net/artikel/C30638/europas-schuldenkrise-82-prozent-halten-merkels-rettungspolitik-fuer-falsch-30687564.html

 

Zwei Drittel der Deutschen (66 Prozent) sprechen sich gegen Hilfen für Griechenland oder andere Staaten in der Schuldenkrise aus. Nur 34 Prozent bejahten die Frage, ob es richtig sei, Griechenland und anderen Ländern mit dem Euro-Rettungsfonds zu helfen.

 

Nur 40 Prozent sind zudem der Ansicht, dass Deutschland trotz aller Risiken nach wie vor von der Europäischen Union (EU) profitiert. 60 Prozent sehen das anders.

 

Deux tiers des Allemands (66 pour cent) se sont prononcés contre l'aide à la Grèce et aux autres pays subissant une crise de la dette. Seulement 34 pour cent ont répondu qu'ils étaient pour aider la Grèce et d'autres pays en utilisant le fonds de sauvetage européen.

 

Seuls 40 pour cent des Allemands pensent que l'Allemagne, malgré les risques, gagne à rester dans l'Union européenne (UE). 60 pour cent pensent le contraire.

 

Samedi 17 septembre 2011 :

 

Les Français hostiles à l'augmentation de l'aide française à la Grèce : 68 % des Français la désapprouvent.

 

http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/09/17/les-francais-hostiles-a-l-augmentation-de-l-aide-francaise-a-la-grece_1573849_3214.html#ens_id=1268560

Commentaire n°40 posté par BA le 18/09/2011 à 09h39
Commentaire n°41 posté par Patrick le 18/09/2011 à 12h01

Bon, cet énergumène devrait faire au moins 0,01% aux prochaines élections (si par un hasard incroyable il arrive à récolter les 500 signatures nécessaires). Ca ne l'empêche de se prendre pour le Messie et d'inventer des complots de la part de "méchants lobbies américains" pour expliquer la crise européenne...alors que les pays européens sont mis dans le pétrin tout seuls comme des grands (les USA ne faisant pas vraiment mieux d'ailleurs).

Et aussi de raconter que le FN est une invention de la CIA ou de Jacques Attali (!).

Amusant, mais à mon avis ce n'est pas avec ce genre d'illuminés que la cause des adversaires de l'euro et des souverainistes (dont je fais partie) progressera !

 

Réponse de loïc abadie le 18/09/2011 à 15h01

il y a tout de même un certain malaise à lire loic abadie parce que son intelligence binaire ne lui permet pas de saisir les nuances de la pensée d'un individu ni de le critiquer convenablement  dès qu’il n'est pas d'accord avec lui. c'est donc sur un ton méprisant et bêtement ironique qu'il juge et donne son opinion sur des gens qui n'en ont d’ailleurs rien à faire et auxquels il n'a compris. il est du niveau de ses élèves avec lesquels il a dû apprendre l'inénarrable sens de l'humour qui le caractérise.

Il s'insurge contre la dette de l'Etat  qui le paye (double salaire à l’Ile de la Réunion) et dont il profite allant jusqu'à exercer une activité lucrative en même temps que son travail d'instituteur alors qu'en tant que fonctionnaire il n'en a pas le droit.

Un être plein de contradictions.

Commentaire n°42 posté par goth le 19/09/2011 à 16h25

1) C'est très simple, quand mon patron (l'état) suit une politique économique suicidaire qui le conduit vers la faillite, je ne vais pas applaudir, vu que je serai le premier à en subir les conséquences. Quand au salaire (qui n'est certainement pas "doublé" ici), j'ai passé le concours, il est ouvert à tous...et je ne ferai pas grève quand les surrémunérations disparaîtront (très probablement après 2012), le fait d'être sur mon île natale étant pour moi un bonheur suffisant. Maintenant, tant qu'elles existent, je ne vais pas cracher dessus , et j'en profite pour épargner un peu plus.

2) Les enseignants ont parfaitement le droit d'avoir une activité complémentaire d'auteur ou d'expertise. Il faut se renseigner sur les lois existantes. Vu que mon pouvoir d'achat va sans doute être réduit dans les années à venir, il me semble plus intelligent de compter sur moi (épargne, trading, activité complémentaire) pour anticiper ce problème que de manifester dans la rue pour demander encore et toujours plus de dépenses publiques (56% du PIB français aujourd'hui !), parce que je ne crois pas aux contes de fée.

 

Réponse de loïc abadie le 19/09/2011 à 17h25

"Et aussi de raconter que le FN est une invention de la CIA ou de Jacques Attali (!)."

 

Enorme.

 

C'est tellement au-dessus de nos intelligences binaires que ne peux m'empêcher de ressentir une profonde jalousie !

Commentaire n°43 posté par Dekhard le 19/09/2011 à 17h06

C'est amusant de voir tant de nouveaux pseudos provenant de l'imagination du même individu bien connu.

Commentaire n°44 posté par Wlamir le 19/09/2011 à 19h39

Un petit dessin d'Iturria, publié le dimanche 18 septembre 2011.

 

Un petit dessin qui résume tout :

 

http://iturria.blogs.sudouest.fr/archive/2011/09/18/le-trait-d-iturria-du-dimanche-18-septembre-2011.html

Commentaire n°45 posté par BA le 19/09/2011 à 23h21

Je ne suis pas certain que ce soit l'europe qui aille dans le mur... La Grèce, même l'ex directeur du FMI dit qu'il faut que ceux qui ont investi de travers doivent "prendre leurs pertes"... ce qui revient un peu à se couper le petit doigt pour l'europe, avec un poids économique digne des hauts de seine. Et point besoin d'éclater l'€ pour gérer cela.

Son annonce vaut ce qu'elle vaut après ses déboires de queutard, dont il reste perturbant de constater qu'à chaque fois qu'il s'est éloigné du FMI, la pression judiciaire s'est relachée dans les heures qui ont suivi (démission => sortie de prison pour une résidence surveillée ; Lagarde nommée, fin de résidence surveillée... pour en arriver au final, l'impossible candidature d'un "primate" aux primaires socialistes étant acquise, à un truc ressemblant à une "chambre avec oreiller", "oreiller"  au mieux opportuniste... voire instrument d'un complot, ou un peu des deux: Ce faux pas serait bien tombé pour qui poussait les DTS du FMI en alternative au dollar).

Bref, malgré ses histoires glauques, il garde un certain crédit et rappelle qu'investir son capital dans des produits risqués appelle un risque de perte! C'est pas le livret A!

Au final, une chose certaine: Les USA n'ont pas encore été trop touché par la baisse de leur note par une seule agence, bientôt suivie par les autres... qui va signer le sauve qui peut de leur financement à crédit déjà amorcé (et un retour de fonds vers la zone €? peu probable qu'ils aillent au Japon ou en Chine!)... et une crise venue d'atlantique sous forme de tempête qui va faire le voyage inverse après 2 ans d'amplification... qui fait si peur aux fortunés qu'ils se mettent à réclamer des impots!

Commentaire n°46 posté par yan le 20/09/2011 à 11h58

Mardi 20 septembre 2011 :

Union Européenne : Bruxelles juge une recapitalisation des banques « peut-être nécessaire ».

Une nouvelle recapitalisation des banques européennes sera « peut-être nécessaire » en raison de l’aggravation de la crise de la dette, a déclaré mardi le commissaire européen chargé de la Concurrence, Joaquin Almunia lors d’une conférence de presse.

Il va proposer d’étendre les règles mises en place par la Commission en 2008 et 2009 pour permettre aux gouvernements d’apporter une aide publique à leur secteur bancaire.

« Malheureusement, avec l’aggravation de la crise des dettes souveraines, de nouvelles banques auront peut-être besoin d’être recapitalisées » en plus des neuf qui n’ont pas réussi les tests de résistance des banques effectués en juillet, a dit M. Almunia.

Dans ces circonstances, « je vais proposer cette année de prolonger les règles autorisant les aides d’Etat » mises en place en 2008-2009, « afin de permettre aux gouvernements de continuer à aider publiquement leurs banques au-delà de 2011″, a-t-il annoncé.

Ce recours au financement public doit intervenir « en dernier recours », a-t-il mis en garde, encourageant les banques à se « financer sur les marchés et à prendre toutes les mesures possibles, comme la vente de filiales et la limitation des dividendes, avant de se tourner vers le soutien public ».

« J’aurais préféré qu’on revienne plus tôt aux règles normales » de concurrence, « et c’était mon intention jusqu’à cet été. Mais la situation à laquelle nous sommes confrontés plaide pour une prolongation du régime existant » permettant aux Etats d’aider leurs banques, a-t-il expliqué.

http://www.boursorama.com/actualites/ue-bruxelles-juge-une-recapitalisation-des-banques-peut-etre-necessaire-7ec7672092fe85e50bc9c5b7ee1c4f52

En clair :

Contribuables européens, préparez-vous à payer.

Contribuables, vous allez payer pour recapitaliser les banques européennes.

Commentaire n°47 posté par BA le 20/09/2011 à 21h08
Commentaire n°48 posté par Patrick le 21/09/2011 à 00h24

Mercredi 21 septembre 2011 :

 

Standard & Poor's déclasse 15 banques italiennes.

 

Standard & Poor's a annoncé mercredi avoir abaissé la note de crédit de sept banques italiennes, dont Mediobanca et Intesa Sanpaolo, au lendemain du déclassement de la note de l'Italie par l'agence de notation.

 

Cette dernière a également revu en baisse sa perspective, de stable à négative, sur huit autres banques, dont Unicredit, premier établissement bancaire du pays en termes d'actifs.

 

"Les perspectives négatives sur les notes à long terme des 15 banques reflètent la possibilité que nous pourrions abaisser encore leurs notes si, toutes choses restant égales par ailleurs, nous devions abaisser une nouvelle fois la note de l'Italie", précise S&P.

 

Standard & Poor's a accentué mardi la pression sur la zone euro, toujours empêtrée dans la crise de la dette, en abaissant d'un cran la note de crédit de l'Italie pour la ramener à un niveau inférieur à celle de la Slovaquie.

 

http://www.boursorama.com/actualites/s-p-declasse-15-banques-italiennes-7d0be3a294020e2933b4793e2b0a92a3

Commentaire n°49 posté par BA le 21/09/2011 à 22h08

Le Nucléaire ne sera plus ni une obligation ni une fatalité... !

http://www.enerzine.com/3/12614+eolienne---vers-une-electricite-a-0-04-dollars-le-kilowattheure+.html

Eolienne : vers une électricité à 0,04 $ le kilowattheure ?
Eolienne : vers une électricité à 0,04 $ le kilowattheure ?L'américain Molycorp, plus gros producteur d'oxydes de terres rares (OTR) hors de Chine, a annoncé jeudi sa décision d'investir massivement dans Boulder Wind Power, une société qui a conçu un générateur d'éolienne alimenté par des aimants en terres rares capable de produire de l'électricité à un prix de 0,04 $ par kilowattheure.

Avec cet investissement qui a été réalisé dans le cadre d'une augmentation de capital de 35 millions de dollars, Molycorp se positionne en tant que « fournisseur privilégié » d'aimants et/ou d'alliages en terres rares pour les aérogénérateurs utilisant cette technologie.

La technologie éolienne brevetée par Boulder Wind Power permet l'utilisation d'aimants permanents en terres rares ne nécessitant pas de dysprosium, une terre rare relativement peu commune. En utilisant des aimants permanents sans dysprosium et d'autres innovations d'ingénierie qui réduisent considérablement l'utilisation d'acier profilé et dispensent d'utiliser la coûteuse tôle magnétique laminée, les éoliennes intégrées à la technologie de Boulder Wind Power devraient produire de l'électricité à un prix inférieur ou égal à 0,04 dollars par kilowattheure, ce qui lui permettrait d'entrer en compétition directe avec la génération d'électricité issue des combustibles fossiles.

« La technologie innovante de Boulder Wind Power promet d'accélérer considérablement le déploiement mondial des éoliennes de pointe à haut rendement » a affirmé Mark A. Smith, PDG de Molycorp. « En réglant de manière efficace le problème de l'approvisionnement en dysprosium pour l'industrie éolienne, cette technologie élimine un obstacle majeur à l'expansion des éoliennes génératrices à aimants permanents sur les marchés mondiaux. Cet investissement fait également avancer la stratégie commerciale « de la mine aux aimants » de Molycorp et notre engagement à fabriquer des 'matériaux d'énergie verte' à valeur ajoutée, en offrant de vastes marchés potentiels aux matériaux en terres rares que nous produirons. »

Commentaire n°50 posté par Patrick le 21/09/2011 à 22h40

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Recommander

indices

 

 

 

 

 

 

 

Home builders ind. 

 

 

 

 

 

 

Nikkei 

 

 

 

 

 

 

 

Dow 

 

 

 

 

 

 

 

track.bear BX4

 

 

 

 

 

 

 

Shanghai

 

 

 

 

 

 

 

Inde-BSE

 

 

 

 

 

 

 

 

un compteur pour votre site
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés