Point marchés, mai 2011

Publié le par loïc abadie

La semaine qui s'est écoulée a apporté des éléments nouveaux et intéressants sur les marchés : Une correction brutale des matières premières, un début de retournement à la hausse du dollar et une correction plus modérée des indices.  

Ces mouvements sont évidemment corrélés entre eux, et provoqués par une seule chose : le deleveraging, qui s'exprime dans la monnaie de référence pour le paiement des dettes et la liquidation de positions à levier en tous genres : le dollar.


Les opérateurs ont donc exprimé la semaine dernière la volonté de commencer à réduire leur niveau d'exposition et d'investissement, pour dégager un peu de cash.

 

Pour lire la suite, ou commenter cet article, rendez vous sur : objectif-eco, rubrique loïc Abadie.

Publié dans bourse

Commenter cet article

emma 27/06/2011 12:26



Tatane nr.57


Allez sur http://www.cafebleu.org/


Vous y retrouverez la plupart des anciens intervenants de Tropical Bear
et les explications du comment et pourquoi….



BA 26/06/2011 23:56



Dimanche 26 juin 2011 :


 


Grèce : pas de participation des banques
britanniques.


 


Il n'y a pas de projet spécifique sur la table
prévoyant la participation des banques britanniques à tout plan pour la Grèce impliquant la participation du secteur privé, a déclaré dimanche le Trésor.


 


Selon le journal The Observer, le gouvernement
britannique a appelé les banques du pays à prendre leurs pertes sur les titres de dette souveraine grecs inscrits dans leur portefeuille, dans le cadre d'un plan européen visant à empêcher que
les problèmes grecs ne se transforment en nouvelle crise financière. 


 


"Le Trésor suit la situation de près, mais aucun
projet spécifique pour une implication du secteur privé n'est au programme", a dit une porte-parole du Trésor.


 


Les "Big Four" ou quatre grandes banques
britanniques - Lloyds, Barclays, Royal Bank of Scotland et HSBC - ont une exposition relativement limitée à la Grèce.


 


Elles sont plus exposées à d'autres pays de la zone
euro traversant une zone de turbulences, comme l'Espagne et l'Irlande.


 
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/06/26/97002-20110626FILWWW00143-grecegbpas-participation-des-banques.php


loïc abadie 27/06/2011 05:16



L'union européenne poursuit tranquillement son chemin vers l'éclatement. La crise à venir aura au moins eu une conséquence positive !



BA 25/06/2011 21:57



Samedi 25 juin 2011 :


 


Une majorité d'Allemands n'a plus confiance en l'euro en raison de la crise que traverse la monnaie unique liée à la quasi-asphyxie de l'économie grecque, selon une étude du prestigieux institut
Allensbach à paraître demain.


 


Au total, 71 % des personnes interrogées affirment avoir "moins", "à peine" ou "pas du tout confiance" en l'euro, selon ce sondage publié par le Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung. 


 


Seuls 19 % déclarent à l'inverse avoir "une grande" ou "une très grande" confiance en la monnaie unique, selon la même source.


 


La défiance à l'égard de l'euro ne cesse de grimper chez les Allemands : en avril 2011, ils n'étaient encore que 66 % à affirmer ne pas avoir confiance en la monnaie européenne. 


 


En 2008, moins de la moitié des personnes interrogées partageaient cette opinion.


 


"Les citoyens allemands sont plus sceptiques qu'il y a un an face à la monnaie unique. La crise grecque est passée par là", constatait récemment Peter Matuschek, analyste de l'Institut allemand
de sondage Forsa.  


 


"Certains estiment s'être suffisamment serrés la ceinture ces dernières années pour que l'Allemagne soit performante. Ils ne comprennent pas pourquoi ils doivent maintenant aider d'autres pays
qui n'ont pas fait les mêmes efforts", assurait également Dominik Hierlemann, politologue de la fondation Bertelsmann.


 


http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/06/25/97002-20110625FILWWW00489-les-allemands-moins-confiants-dans-l-euro.php 



Patrick 25/06/2011 08:58



Bernard tapie pourra peut-être aider les USA...







Les premières solutions 
de refinancement 
pour les fichés BDF













Nous avons lancé fin mai un combat en faveur des surendettés, des fichés et des débancarisés. BernardTapie.com est heureux et fier d’annoncer le lancement de ses premières solutions de
refinancement pour les personnes fichées à la Banque de France.

Nous avons réuni plusieurs partenaires bancaires et associations. Toutes nos solutions comprennent une proposition d’accompagnement et de suivi pour aider les fichés à maîtriser leur
budget.

Bernard et Laurent TAPIE ont créé l’association « Nouvelle chance », qui apporte la garantie financière nécessaire au défichage.

Qui peut bénéficier de ces solutions ?
Comment ça marche au cas par cas ?
Dans quel délais ?







loïc abadie 27/06/2011 05:12



N.B (Pour que les choses soient claires) : Le responsable du site "suivi-tropicalbear" (qui n'a aucun rapport avec ce blog) tente de se servir de ce blog pour rediriger ses lecteurs vers un site
faisant l'apologie des théories du complot et des sectes politiques qui sont associées à
ces théories (toute la mythologie à base antisémite et anti-occidentale sur les illuminati et autres délires paranoïaques).
Les membres de ces sectes (meyssan, soral, dieudonné et quelques autres) ont défendu à plusieurs reprises des organisations islamofascistes type hamas, et plus généralement des partisans de
l'islam politique.

Tout commentaire faisant référence à ce site et en provenance de la mouvance soral-dieudonné-meyssan sera donc bloqué ici à partir de maintenant, conformément à la charte du blog rejetant en bloc
ces théories.
 



Patrick 25/06/2011 08:55



Très bien,


Alors maintenant que T. Geithner dit qu'il faut appliquer l'austérité :


1) est-ce qu'il est naïf et suit simplement le "social mood" qui pourrait s'être retourné, la foule demandant maintenant qu'on réduise les dépenses ?


2) Parce qu'il n'a plus le choix simplement au vu des comptes publics ?


3) Parce que ceux qui l'ont financé pour lui permettre d'obtenir son poste lui disent que "maintenant vous pouvez le faire car nous sommes prêts..." ?


A-t-on avis se rend-il compte ou pas qu'en appliquant ces mesures d'austérité les USA vont plonger la pire Dépression de toute leur Histoire... et que l'histoire gardera en mémoire que ça s'est
produit à cause de sa décision (on est bien d'accord ce n'est pas le remède que l'on doit incriminer mais les excès passés...) ?



loïc abadie 25/06/2011 10:57


N.B : Désolé pour la mise en page, l'interface d'over-blog bugge sérieusement aujourd'hui pour les réponses ! - Personne n'a "financé" Geithner, que ce soit lui ou n'importe quel autre adepte de la
fuite en avant à ce poste n'aurait rien changé à la politique menée, qui est la même dans de nombreux pays d'Europe et qui n'a aucun rapport avec Goldman ou je ne sais quel autre objet sur lequel
divers paranoïaques fantasment. - Le gouvernement US soutiendra son système bancaire jusqu'au bout et presque sans limites, pour une seule raison : ça lui permet de reporter le problème à plus
tard. Les grandes banques US sont devenues dépendantes de l'état US, et réciproquement. Relation contre nature, favorisant toutes sortes de dérives, et conséquence délétère de décennies de
keynésianisme, mais en aucun cas "complot". Il n'y a rien de maîtrisé à long terme là dedans, vu que l'état US et les banques plongeront ensemble ! Cette cavalerie ne profitera à personne (et
certainement pas à Goldman), parce que nous connaissons tous l'issue la plus probable (après une phase déflationniste de quelques années) : faillite financière et monétaire globale suivie d'une
nationalisation en urgence de tout le système bancaire. - Les USA plongeront dans cette récession quoi qu'ils fassent (c'est à dire fuite en avant ou fuite en avant légèrement ralentie), et cela
n'a aucun rapport avec ce que Geithner fera. Il arrive un moment où la dépendance à la dette devient telle que la simple non accélération de la fuite en avant suffit à faire plonger l'économie
(comme en Grèce). - Le budget 2011 va battre un nouveau record de déficit, donc pour l'instant les paroles de Geithner ne sont pour l'instant pas crédibles.