La crise : pourquoi maintenant et pas plus tard ?

Publié le par loïc abadie

Un argument que j’entends souvent sur la crise à venir est de dire que comme la bulle de crédit grossit depuis maintenant 20 ans, elle peut aussi bien continuer sur sa lancée et entretenir la croissance pendant encore 5 ans, 10ans ou plus…et qu’on aurait donc tort de ne pas investir pendant cette période.
 
L’argument est effectivement intéressant, et il est donc essentiel de trouver des indicateurs capables de prévoir et d’annoncer l’arrivée de la crise avec une échéance suffisamment précise.
 
 Dans cet article, on trouvera une série d’indicateurs et de graphiques expliquant pourquoi l’échéance est sans doute très proche :
 
Le scénario le plus probable pour le début de la récession aux USA est un délai de quelques mois à un an, au grand maximum 18 mois (hypothèse moyenne fin 2007).
Pour la France et l’Europe on peut compter sur un décalage de 2-3 trimestres supplémentaires, donc plutôt à partir de la 2ème moitié 2008, mais les marchés actions suivront eux les USA sans délai !
Voici des indicateurs justifiant ces dates :
 
Indicateur 1 : le retournement sur l’immobilier.
 
Pour ce secteur aux USA, la question ne se pose plus, il est déjà en récession depuis quelques mois (voir l'article "le début du massacre"). : Les mises en chantier sont en baisse de 35 à 40% en un an, la courbe de l’emploi  commence à se retourner à la baisse, et la baisse des prix moyens des maisons atteint 8% sur les plus hauts de mi-2006.
Ce graphique montre la relation parfaite entre les fortes baisses observées sur les mises en chantier et l’arrivée d’une récession.
 (cliquer sur l'image pour voir le graphique en grand)
 
Au cours des 40 dernières années, chaque baisse importante des mises en chantier a été suivie d’une récession générale de l’économie US. Il n'y a jamais eu de faux signal.
 
La récession se déclenche généralement dès que le niveau de baisse a atteint un seuil compris entre 25 et 40%…en janvier 2007 nous en étions justement à -39%.
 
Selon l’indicateur des mises en chantier, la récession est donc toute proche, attendue pour la fin de l’année au plus tard.
 
 
Indicateur 2 : la courbe des taux.
 
Qu’est-ce qui est à votre avis plus risqué : prêter de l’argent sur 3 mois ou sur 10 ans ?
La réponse semble évidente : 10 ans…il peut arriver beaucoup plus de problèmes en 10 ans qu'en 3 mois.
donc un prêteur exigera des taux plus élevés pour 10 ans que pour 3 mois. Il arrive malgré tout (rarement) que les taux d’intérêts à 10 ans soient plus bas que ceux à 3 mois : Cette situation anormale est appelée "inversion de la courbe des taux."
 
Au cours des 80 dernières années, cette situation s’est produite « comme par hasard » juste avant les phases de récession, avec un délai de 4 à 6 trimestres entre le début de l’inversion et l’entrée en récession. Il n'y a eu qu'un faux signal sur 12 récessions.
Nous sommes actuellement dans une phase d'inversion de la courbe des taux, phase qui a démarré en milieu d’année 2006 et s’est progressivement accentuée depuis.
voici un lien pour suivre en temps réel cette inversion (aux USA et en Angleterre). On voit que les taux courts sont plus haut que les taux longs, donc inversés.
 
Voici un graphique illustrant cette relation :
 
Le graphique est tiré d'une intéressante publication économique sur le site www.garp.com. Récessions indiquées en grisé
 
L'auteur conclut dans cette étude : "le récent ralentissement de la croissance du PIB va dans le sens de la théorie de l'inversion" (entrée en récession à venir).
Il termine son article par cette petite phrase : "les investisseurs ignoreront le signal de la courbe des taux inversé à leurs risques et périls".
 
Cette autre publication économique propose un historique sur une période encore plus longue, qui inclut la crise de 1929. Là aussi, il y avait eu une inversion avant la crise.
 
 Si on suit cet indicateur, la règle des 4 à 6 trimestres donnerait aussi un signal d’entrée en récession pour la fin 2007 (parfois il faut plus longtemps, comme pour la crise de 1929), donc une entrée un peu plus tardive (1er semestre 2008) est également possible (mais pas très probable vu la situation sur l’immobilier).
 
 
Indicateur 3 : le niveau de dette spéculative du NYSE (bourse américaine).
 
Sur les marchés boursiers, les opérateurs ont la possibilité d’acheter ou vendre à crédit des actions, sans payer tout de suite leur acquisition : il en résulte une dette appelée « dette de marge ».
Plus cette dette est élevée, plus elle montre qu’il y a un engouement spéculatif et les pics désignent en général une bulle spéculative sur le point d’éclater.
Le dernier grand pic sur la dette de marge avait été constaté en 2000,juste avant l'éclatement de la bulle internet. Pensez vous qu’actuellement les excès de la bulle internet ont disparu ? : voici le graphe de la « dette de marge sur les 10 dernières années.
En février 2007, la dette de marge vient de dépasser son pic précédent de 2000 (bulle internet). La prochaine bulle à éclater : la bulle de crédit.
Celle-là devrait faire beaucoup plus de dégâts que la bulle internet, elle concerne tous les secteurs de l'économie !
 
 
 
 
Les analystes pensent évidemment en grande majorité que "cette fois" ce n'est pas pareil parce que "les conditions ont changé". Le même discours qu'avant chaque grande récession. Vous pouvez les croire...à vos risques et périls !
 
 
 
 
 
 
 
 

Publié dans économie générale

Commenter cet article

FRICOTIN 21/05/2009 22:25

A qui profite le crime? http://www.daily-bourse.fr/analyse-Prix-a-la-consommation-Inflation-deflationaffabula-vtptc-7650.php

Citations 22/02/2009 11:16

Tres intéressant cet article, je me coucherais moins bete ^^

Inter'Or 11/10/2008 20:20

Quelques graphiques intéressants !
 





Nos matières premières et minières ont-elles aussi été massacréesA l'instar des financières. Regardez :





Cours à 3 mois


Vendredi 30 juin 2008


Mercredi8 octobre 2008


Variation




 Aluminium*


3 123


2 255


-28%




 Cuivre*


8 500


5 240


-39%




 Plomb*


1 800


1 575


-13%




 Nickel*


21 950


13 200


-40%




 Etain


23 375


14 900


-36%




 Zinc*


1 930


1 430


-26%




 Pétrole


140


89


-37%




 Or (spot)**


928


903


-3%




 Argent (spot)**


18


12


-34%




 Platine (spot) **


2 067


1 000


-52%





* cours en $ sur le LME à trois mois** cours en $ l'once





Cours à 3 mois


Vendredi30 juin 2008


Mercredi8 octobre 2008


Variation




 CAC


4 397


3 497


-20%




 DAX


6 418


5 013


-22%




 FTSE*


5 625


4 605


-18%




 Dow Jones


11 350


9 258


-18%




 Hong Kong


22 102


15 431


-30%




 Nikkei


13 481


9 203


-32%




 Indice XAU


190


121


-36%





achat">http://interor.fr">achat or




* Variation des indices depuis le 30 juinNb : l'indide XAU est l'indice des valeurs minières aurifères

Didier 21/05/2007 16:02

Un petit jeu : en remplaçant votre vieux balai par un aspirateur flambant neuf, quelle est la part de la croissance et quelle est celle de l'inflation ?Et sauriez-vous bien m'expliquer la différence entre ces deux concepts ?

The Cat 25/03/2007 22:44

OK pour les 2 premiers indicateurs mais le 3ème ne tient pas la route. En effet il est tout à fait normal que les crédits sur achat ou vente d'actions augmentent et diminuent avec les indices car les niveau de ces crédits sont liés à la valeur des portefeuilles.La bourse monte => la valeur des portefeuilles monte => les niveaux de crédits montent..et inversement.