les dérivés de crédit (suite)

Publié le par loïc abadie

Dans l'article précédent, j'ai expliqué ce qu'était les CDO et les dérivés de crédit et le danger qu'ils représentaient. On va maintenant étudier de plus près le développement du marché des dérivés de crédit depuis 5 ans.
  
 Voici le graphique montrant l'évolution du montant notionnel des dérivés de crédit en l'espace de 5 ans (source : http://www.isda.org/).
 
 
Les chiffres sont assez incroyables, puisqu'on est passé de 2001 à mi 2006 d'un montant de 631 milliards de $ à 26 000 milliards de $ (Non, il n'y a pas d'erreur de 0, et cela correspond bien à plus de 2 fois le PIB des USA !)
Donc on a eu une multiplication par 43 du montant des dérivés de crédit en l'espace de 5 ans. Tout cela évidemment sans aucun contrôle ou garde-fou de la part des autorités américaines.
 
Tant que la situation économique est bonne et que les emprunteurs ne font pas faillite, le système fonctionne (ça a été le cas de 2002 à 2006) et les politiques s'émerveillent de cette « dispersion des risques » et de la nouvelle « sophistication de la finance ».
Mais le jour où beaucoup d'emprunteurs seront en défaut en même temps, les hedge funds ou autres fonds divers devront payer à la place des emprunteurs pour honorer leurs contrats vis à vis des banques.
Et ils ne seront probablement pas en mesure de le faire, vu que :
1)      leur métier est de spéculer, pas de jouer le rôle d'un banquier.
2)       leur capacité à faire face à cette situation n'est contrôlée par aucune autorité et qu'ils ont pour habitude d'utiliser de gros effets de levier, achetant beaucoup plus d'instruments financiers que ce qu'ils ont réellement en caisse (en empruntant une fois de plus évidemment).
 
Dès que les hedge funds seront pris en défaut, les grandes banques qui se croyaient assurées contre les faillites  des emprunteurs par leurs dérivés de crédit vont « découvrir » que leurs « assureurs » ne peuvent honorer leur contrat...
 
Le risque crédit ayant été répandu dans tout le système, ce sera alors le début de la chute d'un immense château de cartes impliquant à la fois hedge funds, fonds de pension, grandes banques internationales (y compris des banques européennes lourdement impliquées dans le marché des dérivés de crédit).
Cette chute entraînera en retour (et accélèrera) une profonde récession économique  avec un effondrement de la consommation et une nouvelle vague de faillites personnelles. Une bulle de crédit ne disparaît pas sans qu'il y ait de la casse !
Même si les banques françaises sont en principe un peu moins engagées, pensez à avoir une banque solide :  Une banque régionale ou nationale peu impliquée dans ces dérivés de crédit, ou une banque d'état comme la banque postale !
 

Publié dans économie générale

Commenter cet article

Simon 30/09/2008 06:56

Je tiens à vous remercier de votre site très intéressant. Il aborde avec des vérités crues la cause de la crise actuelle accusant les banquiers et non les ménage. Je me rappelle bien de l'exposé d'un éminent chercheur à la Banque de Farnce et Dexia sur les produits dérivés de crédit vantant ces produits. Il était fier de ces produits et leurs utilisation pour et par la Banque Dexia, gros utilisateur de ces produits dans le temps (c'était en février 2006: son exposé). Il vantait également le recrutement de Dexia par ses ingénieurs. Ayant des diplômes de 3ème cycle en Mathématiques appliquées et en Finance, je savais que ces produits étaient dansgereux (des bombes nucléaires comme le disait Warren Buffet). Bref, ce chercheur se moqua de toi en me disant qu'ils ne recrutent que des ingénieurs et que le risque de ces produits étaient pratiquement nuls (produits sans risque, du moins risque neutre). Aujourd'hui (30 septembre 2008), je ne m'étonne plus de cette crise que tout le monde voyait venir, et surtout de l'établissement DEXIA au bord de la faillite (on demande au gouvernement belge de sauver cettte institution financièere aprèes une réunion des actionnaires de Dexia).Bref, je vous félicite de votre site sur lequel, je suis tombé par un grand hasard heureux. Enfin, j'ai une personne partageant les mêmes pensées que moi sur la crise actuelle et refusant d'écouter les mensonges des grandes banques d'investissement et d'affaires accusant les ménages.

jean claude 15/03/2007 17:17

Félicitations Loic pour ces explications très pédagogiques du maëlstrom financier qui nous guette, et qui est d'ailleurs peut-être en cours avec la baisse significative des principaux indices boursiers à travers le monde, depuis quelques jours.
Je suis un intervenant régulier sur les marchés boursiers, notamment sur les futures, et je partage complètement ton avis "contrarien" quant à la soi-disant solidité de la sphère financière.
Elle aurait du exploser ou plutôt imploser depuis plusieurs années, elle ne survit que grâce ou à cause de l'injection massive et incontrôlée de dollars  par la magie de Mrs Greenspan et Bernanke et par l'utilisation forcenée et démesurée du "carry-trade" sur le yen.
Jusqu'à quand ??? On assiste peut-être en "live" au désastre financier attendu avec les faillites en cascade de plusieurs sociétés de crédit américaines.
Beau travail, continue, l'information VRAIE est rare et NECESSAIRE.
 
jean claude