Un point rapide sur l'actualité économique.

Publié le par loïc abadie

Juste un court article pour inciter à la plus grande prudence, et rappeler que la grande crise déflationniste en cours ne fait que commencer.

- Le Baltic dry index a repris son mouvement de chute rapide, et se négocie au plus bas depuis sa création, à un niveau de 700 points (01/12/08).

- L'ISM manufacturier US de novembre qui vient d'être publié est particulièrement mauvais, à 36. J'attire l'attention des lecteurs sur cette petite phrase :
"L'indice des prix indique que les prix des matières premières continuent de décliner sur un rythme rapide : l'indice est au plus bas depuis mai 1949 !"
Elle montre bien la puissance de la tendance déflationniste qui s'installe, et contre laquelle les centaines de milliards jetés par les gouvernements semblent totalement impuissants.

- Aucune amélioration sur le front de l'immobilier : les stocks restent à des niveaux historiquement élevés (10 à 11 mois), le nombre de ventes de logements neufs et de permis continue de baisser, ainsi que les prix.
Tant que les stocks ne diminueront pas, aucune amélioration ne sera à attendre.

- Le ralentissement s'amplifie en Chine, et certains analystes estiment que le taux de croissance pourrait tomber à des niveaux de 5% seulement l'an prochain (il faut une croissance de 7 à 8% / an dans ce pays pour absorber l'afflux de nouveaux travailleurs venant des campagnes), et des tensions sociales croissantes apparaissent à cause de la crise qui touche aussi ce pays.

- Les ventes au détail en octobre aux USA ont chuté de 8% sur un an en monnaie constante : Goldman Sachs prévoit une récession à -5% (rythme annualisé) au T4 2008 pour les USA.  

- Les rendements sur les bons du trésor US à 10 ans sont en chute libre, ils ont perdu 1% en moins de 3 semaines et battent chaque jour des records historiques (2,82% ce soir) : Il y a un véritable rush sur ces bons du trésor, à la hauteur des craintes de déflation et de forte récession des investisseurs.
 
Jouer les rebonds est possible en marché baissier, mais cela demande d'être très réactif, de ne pas rester investi longtemps et surtout de ne pas être trop gourmand : dès que les indices ont repris 10 ou 15% sur les plus bas, il vaut mieux prendre la totalité de ses bénéfices (et se préparer à reprendre des positions baissières dès que les indicateurs de sentiment de marché signaleront un bon point d'entrée). 

Dans le contexte de crise actuel, les surprises se feront le plus souvent vers le bas.

 


Publié dans actualité

Commenter cet article

gey97320 18/12/2008 07:20

Je raffole évidemment en tant que nouvel arrivant de ce blog. Je souhaite toutefois  préciser (à la marge bien entendu ) qu'un état fiévreux n'a rien à voir avec un Etat Providence ou Régalien.

Chris 05/12/2008 22:45

Je crois qu'en économie le temps est indépassable. Il vaut mieux se prendre la gamelle de sa vie sur une année que de trainer sa misère sur 5 ou 10 ans. Parce que sur une année tous les amortisseurs jouent en votre faveur (le temps d'être licencié, les allocations, votre absence d'épargne sur un an, voire de désépargne sont facielement gérables), sur 5 ans tout joue à contrario et les effets se renforcent les uns les autres (perdez 5 ans de suite à la bourse, ou restez au chomage 3 ans vous m'en direz des nouvelles).Les cartouches s'amenuisent à vue d'oeil. Lisez les blogs US, plus personne ne croit la Reserve Federal, Paulson est cramé, le plan Sarko devrait être multiplié par 10, total on va à la cata.Vous dites que les ménages ont trop consommé. Regardez les ménages français, franchement c'est pas les US. Pour les US, je suis très pessimiste. Pour les français, vous savez la voiture de mon épouse a 15 ans ( j'ai une voiture de fonction en tant que commercial), on a acheté un appart en 2004, c'est tout. J'ai un niveau d'épargne à faire palir des chinois. Je regarde autour de moi, ce sont les ménages les plus modestes qui dépensent à tout va dans des futilités. Pour le reste, les gens font attention, et c'est eux (en gros les classes moyennes) qui peuvent changer la donne. Je suis prêt à rembourser mon prêt immobilier en avance, même seul, même en partie, pour peu que je pense aller dans la bonne direction. Dans un an, nous n'aurons plus les même possibilités, c'est maintenant que cela se joue. Krugman, disait un intervenant, pense que le risque c'est d'être trop court. Je suis d'accord, la crise on la regarde et malheureusement on la regarde un peu trop. Bonne soirée, 

h16 05/12/2008 18:54

Pendant ce temps, c'est au tour des américains d'avoir du mal à placer leurs emprunts d'état US.Pour le moment, tout semble se dérouler "comme prévu" ...

Chris 05/12/2008 18:50

A François et Zebla,Qui épargne? les jeunes, un peu, mais comme leur situation est précaire c'est plutôt de petites sommes, les retraités eux équilibrent leur comptes et épargnent peu. Reste les actifs, sur lesquels se concentrent à la fois l'épargne et également les emprunts (appartement, voiture). Donc pour ces 20 millions de personnes, on a un emprunt courant de 65% du Pib soit environ 900 milliards d'euros. Les placements des particuliers sont environ de 130 milliards d'euros par an. Le stock d'épargne est lui beaucoup plus élevé. En 09, les français sont partis pour épargner encore plus et dans un an on aura une situation dégradée, un chômage en forte hausse, et des banques zombies à la japonaise.A la différence d'autres pays, je crois que l'on a une chance avec ce taux d'épargne et que l'on maitrise au moins une partie de notre destin. En se désendettant, on désendette aussi nos banques, bref le deleveraging des banques passe t il par le deleveraging des français?La proposition de Loïc est de mettre son argent à la banque postale et d'attendre la fin de la tempête. Rien à redire d'un point de vue personnel, mais je ne pense pas que ce soit la meilleure solution collective. Et le collectif risque de rattrapper méchamment le personnel au bout du compte.  Hors, j'aimerai savoir (et là je suis un peu court) si on imagine un instant ce désendettement important des français que se passe t il d'un point de vue macro? Zebla me dit que c'est le chien qui se mord la queue. C'est l'annulation simultanée d'un passif et d'un actif, et ça ne va pas dans les fonds propres, mais au moins cela impacte le leverage ratio (à fond propre constant). Cela doit amener des liquidités..non?Bref, je me dis que cela peut avoir un impact important. Sinon, comment sortir ces banques de leur situation. Qu'attendent elles en ne prêtant plus? De déprécier leurs actifs, d'attendre que les prêts en cours se terminent? Merci de m'expliquer. De plus, j'ai bien le sentiment qu'on est bien parti pour empiler plan de relance sur plan de relance et qu'on va finir par avoir une dette explosée. Un acteur mobilisable (aka les ménages) qui ne l'a pas été dans les crises précédentes (type 29) pourrait peut être nous sauver ce coup-ci au moins en France.           

loïc abadie 05/12/2008 19:23



Nous sommes dans une situation d'économie artificielle depuis des années : les ménages sont en surrégime et vivent au dessus de leurs moyens. Si ils commencent à réduire leur endettement et à
rembourser leurs emprunts, la consommation s'effondre (ça a d'ailleurs commencé)...C'est ce que les gouvernements aimeraient empêcher, mais ils n'y arriveront évidemment pas.


En fait la fuite en avant était telle qu'il n'y a même pas besoin d'une contraction du crédit pour provoquer une crise grave : un simple ralentissement de l'expansion du crédit (une fuite en
avant un peu moins rapide) suffit aujourd'hui pour cela.


Pour le reste, je propose évidemment des solutions strictement individuelles, parce que pour le collectif il est largement trop tard : impossible d'éviter une crise massive quand on a vécu une ou
deux décennies au dessus de ses moyens et qu'on a accumulé un excès de crédit aussi important.


Ce blog est donc volontairement tourné vers les solutions individuelles et pratiques. Mais l'accumulation de comportements individuels tournés vers le refus de la fuite en avant dans le crédit et
une consommation plus raisonnable peut indirectement conduire à de gros changements au niveau collectif. Bien plus que (ou malgré ) les décrets gouvernementaux.



tipi 05/12/2008 18:50

Saisie record et arrieré d'impayé record.Mais tout va bien, les indices peuvent monter -:) je trouve même que les USA résistent "trop bien" aux mauvaises nouvelles.