point sur les indices

Publié le par loïc abadie

Avertissement : Les analyses ci-dessous ne reflètent qu'un point de vue d'amateur et ne sont en aucun cas une incitation à prendre des positions à l'achat ou à la vente.


Vous trouverez ci-dessous une décomposition possible du marché baissier en cours depuis la fin 2007 en vagues d'elliott (c'est la décomposition qui me sert de trame de fond depuis le début 2008).


image agrandie


null


La décomposition est très proche sur le CAC 40, sauf pour la vague 1 qui a démarré plus tôt.


Selon cette décomposition, nous serions donc dans une fin de tendance (vague 3.5) et proches d'un rebond intermédiaire de même nature que celui d'avril- mai 2008, donc susceptible d'être plus important que le petit rebond de fin octobre-début novembre.


Quels sont les arguments en faveur de cette hypothèse ?


- Des marchés "fracturés", caractéristiques des fins de tendance : Plusieurs marchés ont refusé de suivre la tendance baissière dominante au cours de la dernière vague de baisse et n'ont pas enfoncé leurs plus bas d'octobre : les marchés émergents (chine et inde), l'or et les mines d'or, les valeurs pétrolières (on retrouve le même phénomène en France avec Total), le nikkei.


- Des divergences visibles sur les oscillateurs (RSI, chaikin), également classiques en vague 5 


Les indicateurs de sentiment de marché reviennent progressivement à des niveaux de pessimisme élevé, mais il reste une marge possible sur le put/call ratio et le nova/ursa ratio , qui impliquerait que la vague 3.5 ne soit pas tout à fait terminée :


 


Le VIX quand à lui est revenu près de ses records d'octobre, à 80.


Quelle stratégie adopter ?


- Eviter à mon avis toute prise de positions baissières sur les indices, tant qu'un rebond de plusieurs semaines n'aura pas eu lieu, la séquence en cours est trop avancée pour le faire avec une marge de sécurité suffisante.


- Pour les épargnants à long terme et non spéculateurs, rien de changé : le marché baissier de long terme n'est à mon avis pas terminé (loin de là), et les niveaux de valorisation des indices US (qui guident les indices européens) sont loin de prendre en compte la gravité de la crise en cours (voir ce lien que j'ai déjà donné sur les PER et les rendements du SP500).

Donc ceux-là resteront tranquillement en placements d'abri : placements cash et éventuellement un peu d'or physique (5-7%) à titre d'assurance.


 - Les plus réactifs pourront tenter de se positionner sur une part raisonnable de leur patrimoine et en gardant du cash pour le rebond technique à venir soit maintenant, soit après un éventuel supplément de baisse des indices. Mais n'oublions pas que la vague baissière en cours n'est pas forcément terminée (on suivra l'actualité sur le géant bancaire  Citigroup   dont la valeur boursière s'est effondrée en fin de semaine dernière).


Les valeurs pétrolières style Total sont un bon compromis dans cette optique : suffisamment défensives pour que l'achat ne tourne pas à la catastrophe en cas de poursuite de la vague baissière 3.5, et suffisamment réactives en cas de rebond.


En plus "sportif", Arcelormittal présente une configuration intéressante avec de bonnes divergences haussières sur les oscillateurs (tout en ayant un niveau de valorisation bas).


Il y a aussi CBO Territoria (une small cap immobilière réunionnaise) revenue à 1,69€ (53 M€ de capitalisation pour environ 200 ha constructibles, cela valorise le m2 de terrain constructible à 26€, ce qui est très modéré pour la Réunion (les lecteurs réunionnais du blog en savent quelque chose).


On peut y ajouter à cette petite liste des trackers sur les pays émergents (Inde et Chine de préférence), les indices émergents ayant fait preuve de résistance au cours de la dernière vague de baisse.

 

Voilà, je ne fais que donner quelques idées dans le cadre d'un éventuel rebond technique (les lecteurs du blog en ont surement d'autres), mais cela ne signifie pas pour moi la fin du marché baissier de long terme et encore moins la sortie de crise.


Edito de dimanche 23/11 : le Tase (indice de la bourse de Tel-Aviv) après une ouverture voisine de l'équilibre a chuté de plus en plus lourdement en séance pour finir à -6,57%...il n'a donc pas tenu compte de la hausse de vendredi aux USA et l'absence de nouvelle sur citigroup a sans doute pesé beaucoup.

Il s'agit souvent d'un bon indicateur de la tendance à venir du début de semaine, et notre vague 3.5 ne semble donc pas encore terminée. Un bon point d'entrée pour un rebond technique sur le CAC pourrait se situer vers 2600-2700 pts, si le marché veut bien baisser jusque là.

 

 

Commenter cet article

Pink 02/12/2008 18:58

Bonjour, il n'y a pas longtemps que j'ai découvert votre site, et j'aurais une question sur les vagues en cours.selon vous, nous serions dans la 4b actuellement ?car si on regarde le cac, il aurait semble-t-il corrigé la 4a en 2 sous vagues a et b (lundi+mardi).on aurait alors demain une c pour terminer cette 4b et démarrer la 4c.....ou bien, aurions nous déjà fait la 4c (je n'arrive pas à la voir), et nous aurions débuté la grande 5 ??!d'avance merci.Pink....néophyte en eliott

Didier 30/11/2008 11:24

Lecteur récent du blog mais néanmoins très assidu, je voudrais tout d'abord féliciter Loïc pour la qualité et la pertinence de l'ensemble de ses articles ainsi que pour sa persévérance dans la régularité de sa production. Bien peu d'économistes renommés avaient prédit comme lui à l'avance la gravité de cette crise économique. J'ai une question pour les habitués de l'analyse graphique. En se référant au graphique, la vague 4a devrait durer environ 3 semaines et porter le SP500 à environ 890. Or, en une semaine, nous sommes déjà au-delà de 890. Cela signifie t-il : 
- que cette vague 4a va aller chercher directement l'objectif de la vague 4c au delà de 950 avant de repartir en vague 4b
- ou bien que cette vague 4a va aller chercher directement l'objectif de la vague 4c au delà de 950 et qu'il n'y aura pas de vague 4b : enchaînement direct en vague 5
- ou encore que cette vague 4a légèrement dépassé son objectif (sa durée étant beaucoup plus courte que prévue) et que nous ne devrions pas tarder à voir le départ de la vague 4b.
Merci d'avance pour vos réponses.

loïc abadie 30/11/2008 11:32



Bonjour, chez elliotwave, ils estiment que nous sommes déjà dans la vague 4.c.


Mais un rebond peut prendre de très nombreuses formes (le zigzag en abc n'est qu'une forme parmi d'autres. On peut aussi avoir des doubles zigzags, des triangles de consolidation...etc).


A court terme en tout cas, je verrais bien les marchés corriger une partie de leur récente hausse à cause du niveau atteint sur le put/call ratio 5jours.



marc l 30/11/2008 10:28

CAC 2009 : 3000 puis 2500 puis 3500 fin 2009 ???

Stéphane 30/11/2008 04:13

I believe that banking institutions are more dangerous to our liberties than standing armies. If the American people aver allow private banks to control the issue of their currency, first by inflation, then by deflation, the banks and corporations that will grow up around the anks will deprive the people of all property until their children wake-up homeless on the continent their fathers conquered.
Thomas Jefferson 1802
Sacré visionnaire que ce Thomas Jefferson, Il serait bien utile au monde actuel.
 

loïc abadie 30/11/2008 04:30



Les banques sont loin d'etre les seules responsables de la crise. Tout le monde a participé à la bulle : banques, ménages, états qui ont déréglé le marché par leurs interventions pour pousser les
opérateurs à s'endetter toujours plus, fonds de placements, entreprises...etc.


Restons pratiques et ne cherchons pas de boucs émissaires, ça n'est vraiment pas l'objet du blog !



Bru 30/11/2008 02:28

C'est faux que de dire "no limits", ton exemple ne marche que dans un système ou le nombre de banques serait infini. Hors, il est fini et c'est un système clôt, donc au final le facteur démultiplicateur ne s'applique qu'une fois (comme si le dépôt issu du prêt était fait dans la banque émettrice, qui toutes choses égales par ailleurs, ne pourrait pas refaire un crédit, ses limites/ratios étant atteints). Rien que de très courant depuis l'existence des banques, la nouveauté (plus ou moins réchauffée en 1971) vient plutôt de la base monétaire purement fiduciaire (basé uniquement sur la confiance vs les monnaies de bases convertibles) qui donne toute sont importance aux banques centrales.