On y voit plus clair dans la politique de la FED

Publié le par loïc abadie

Depuis environ 2 mois, la FED est visiblement en train d'adopter une politique monétaire déjà expérimentée au Japon de 2001 à 2005 dans le cadre de la lutte contre la déflation, appelée "quantitative easing". C'est un terme dont on va sans doute entendre parler de plus en plus dans les mois qui viennent).

Cette politique (une nouvelle invention totalement inutile issue des théories keynésiennes) consiste à fournir au système bancaire beaucoup plus de liquidités que ce dont il a besoin via une augmentation massive du bilan de la banque centrale, dans l'espoir que les banques se mettront à prêter plus et relanceront ainsi l'économie.

Les banques US sont déjà "noyées sous les liquidités" et "parquent" une partie de ces réserves en excès chez la FED : 

Plus simplement, il s'agit d'une nième tentative de fuite en avant dans le crédit pour tenter de relancer un modèle économique totalement périmé.

 

Voici le bilan de la FED depuis le début 2008 :

Nous voyons très bien la politique de gonflement très important du bilan de la FED depuis 2 mois (celui ci est passé de 900 à 2200 milliards de $).

Si on se reporte à l'expérience japonaise, il y a encore de la marge, vu que la banque centrale du Japon avait à l'époque "grossi" son bilan jusqu'à 30% du PIB. Pour la FED cela correspondrait à un bilan d'environ 4500 milliards de $.

Qu'est ce que le "quantitative easing" japonais a produit comme résultats ?

Pas grand chose si l'on en croit un article...de la réserve fédérale, à une époque (en 2006) où elle n'imaginait pas se lancer un jour dans ce type de politique.la FED d'alors disait donc : "While there is little evidence that quantitative easing stimulated overall lending activity, there does appear to be some evidence that quantitative easing disproportionately supported the weakest Japanese banks."

En clair : le quantitative easing n'a pas été efficace en matière de relance du crédit, et a surtout servi à soutenir les banques les plus mauvaises (donc à retarder les réformes structurelles indispensables). Avec 2 ans de recul supplémentaires, nous constatons que le Japon est en train de replonger dans la récession et que la menace de déflation y est plus présente que jamais.

Un article de reuters sur le quantitative easing aux USA

Que pouvons nous retirer de cette évolution nouvelle dans la politique monétaire de la FED ?

1) Nous avons confirmation (pour ceux qui en doutaient) que la FED est bien en train de tenter (à mon avis sans aucun espoir de réussite) de lutter, comme le Japon l'a fait, contre la déflation naissante via la politique de quantitative easing, et reconnaît donc plus que jamais la réalité de cette menace.

2) L'expérience japonaise de 2001-2005 a montré que l'inflation et la croissance n'avaient pas été relancées de façon significative par cette politique. Ce qui est logique : en l'absence d'emprunteur intéressé, le crédit ne repart pas même si les liquidités sont abondantes. La petite reprise de l'économie japonaise après 2003 doit bien plus à la conjoncture mondiale qu'à la politique monétaire (le Japon étant de nouveau en récession depuis 2008).

La croissance ne se décrète pas par du "pilotage monétaire" ou de la "stimulation de consommateurs"...Pour cela il faut travailler et produire, c'est tout.

3) La FED reconnaît implicitement que sa politique de taux 0 a échoué puisqu'elle en est réduite à essayer autre chose.

La dernière bulle de cette crise, la bulle de l'intervention étatiste sur le crédit  et des utopies keynésiennes, implosera à son tour comme les autres bulles, d'une façon ou d'une autre.

 

Commenter cet article

eugenio 25/11/2008 10:04

Bonjour Mr. Abadie, Je vous fait mes compliments pur votre analyse au sujet de la crise financiere 2008. Les faits vous donne raison, en particulier la baisse de tous les actifs, meme dans le secteur des « commodities » et des métaux précieux.
J’ai beaucoup de questions pour vous, si vous pouvez repondre :
1)      Dans votre livre vous avez parlèe des 4 phase du cycle economique aussi entre un contexte historique. Pouvez vous donner moi une analize sur l’hyperinflation de la Rep. de Weimar en 1923 ou en Argentine 2002 ?
2)      Quelles sont le  points de contact entre votre analyse et les theories de l’Ecole Autriche (Von Mises) ?
3)      Que pensez vous des sites comme financialsense.com ? Il y a trop de gold bugs, mais j’ai lu ici des analyze intéressante  (prof. Fekete, Krassimir Petrov, Rob Kirby, Dan Amerman). Certains experts (Deepcaster) ont fait ici des bonnes previsions avec le “interventionals tracking” (plung protection team activitèe). Est çe que vous eliminez « a priori » cette hypothèse?
 
En fin je voudrait dire que je suis d’accord avec vous sur le sujet des theories de conspiration. Il y a là trop de l'extrémisme politique. Mais aussi je  crains la censure. Cela parce que le premier lieu ou j’avait lu de la crise en train d’arriver c’est  etait un site sur la conspiration. On les « mainstream media » en Italie je n’ai pas lu le mot « crise » avant de juillet 2007.
 
Je vous prie de m'excuser pour mon français.
Je vous remercie si vous voulez repondre meme un des mes questions.
 eugenio

Pedro 22/11/2008 14:26

@Daniela
Je suis tout-à-fait d'accord avec ce que vous avez avancé. Je crois aussi à un rebond court terme dans la chute jusqu'à 3.5, vers les 2700.
Et je pense aussi que c'est la meilleure manière de rater des opportunités en essayant de jouer ses petits rebonds...
Donc un rebond de 2 jours d'une ampleur de +10%?

Zak 22/11/2008 10:54


Oui Daniela
à 100 pts près c'est cela; c'est une bonne stratégie à condition de ne pas se tromper en achetant sur un mouvement haussier de type vague 4
Mais comment le deviner ?

Daniela 22/11/2008 10:35



@ CASAM

A mon sens vous avez entièrement raison et je suis tout à fait d'accord avec vous, le marché reste baissier sur le moyen terme. L'ours grizzli monstrueux a encore faim :-)
Laissez-moi vous expliquer la raison de mon euphorie.
Le but du blog de Mr ABADIE est de protéger les économies des épargnants; pour ce faire, le conseil principal est de rester en cash, conseil de prudence que je suis d'ailleurs à la lettre. Pour améliorer l'ordinaire, rajouter du beurre allégé dans mes pâtes par exemple, il nous conseille d'acheter le tracker BX4 en profitant des phases de baisse.
Voilà où commence mon raisonnement. Je prendrais comme exemple chiffré la vague de baisse actuelle. Le consensus que j'ai lu auprès des gens qui s'y connaissent mieux que moi (je reste humble!) fixe la fin de la vague de baisse à 2700 points environ. Le début de la vague de baisse correspond à l'élection d'Obama, avec un CAC à 3700 points. Pour celui (je doute qu'il existe) qui aurait réussi à acheter exactement au plus haut et vendrait exactement au plus bas, cela nous donne une amplitude générale de baisse de 1000 points.

Voici où mon amour des mathématiques et du calcul mental intervient : distinction entre amplitude GENERALE et amplitude CUMULEE. L'amplitude générale de la vague de baisse vaut 3700-2700 = 1000 points. Cependant, depuis le mois de septembre, la volatilité est extrême sur les marchés, ce qui fait que les baisses ne sont jamais linéaires, elles sont ponctuées de micro-rebonds brutaux et imprévisibles. L'amplitude cumulée correspond à la somme de toutes les amplitudes de baisses intermédiaires entre le point haut et le point bas. Cette amplitude cumulée est largement plus importante que l'amplitude générale. Démonstration :

Imaginons que le rebond initié sur le Dow vendredi soir ne soit qu'un rebond ponctuel, le CAC suit et reprend, disons, 200 points avant de retomber linéairement jusqu'à 2700. Pour celui qui a pris du BX4 à 3600 et qui patiente avec sang-froid jusqu'à 2700, cela ne change rien et donne 900 points de baisse « captée ». Si, par chance, on parvient à vendre juste avant le rebond intermédiaire à 2900, pour racheter à 3100 (2900+200 = 3100), l'amplitude de baisse « captée » devient: (3600-2900) + (3200-2700) = 1200 points au lieu de 900 points, soit une vague de baisse surperformée de 33%. CQFD.

Le gros, gros problème de ce raisonnement – et quel problème!- c'est qu'il est pratiquement impossible de prévoir QUAND ont lieu ces rebonds intermédiaires. Et pour la quidam que je suis, si un violent rebond se produit les deux dernières heures de la bourse de New-York, je suis condamnée à subir le rebond sur le CAC...

Voilà d'où provient mon euphorie : quelle chance d'avoir vendu juste avant un rebond! Je suis désormais dans une position très confortable.

1/ si la vague de baisse a réellement pris fin plus rapidement que prévu, peu importe puisque j'ai déjà vendu.

2/ si manifestement le rebond n'est qu'intermédiaire, je peux racheter un produit baissier et cumuler deux amplitudes. Miam.

Daniela

PS – avertissement : pour tous ceux qui lisent le blog de Mr ABADIE et qui souhaitent protéger leur épargne, NE suivez PAS mes conseils ci-dessus qui impliquent des aller-retours très courts sur les marchés. C'est une stratégie TRES risquée.

coolzen 22/11/2008 10:28

Salut Brehat,
et merci encore pour tes analyses pointues. Loic,2 banques californiennes viennent de rejoindre Lehman brothers au cimetieres des banques en faillite portant le chiffre à 22. WS étant tellement omnubilé par la nomination du futur president de la Fed que la news est passé innaperçue
lien: http://news.yahoo.com/s/ap/20081122/ap_on_bi_ge/bank_closures