économies US / Europe : point de début novembre.

Publié le par loïc abadie

Les données qui sont tombées ces dernières semaines confirment les tendances précédentes : L'économie réelle est de plus en plus touchée par la crise, et cette crise s'annonce bien d'une ampleur supérieure à toutes les récessions qui ont eu lieu au cours des dernières décennies.

a) La confiance des ménages et les indices d'activité.

- L'ISM manufacturier US est au plus bas depuis 26 ans à 38,9, les nouvelles commandes sont tombées encore plus bas (32,2), à un plus bas de 28 ans. Rappelons qu'un chiffre en dessous de 50 signale une contraction de l'activité.

- La même tendance est observée en France sur le secteur manufacturier (PMI à 40,8 avec des nouvelles commandes à venir encore plus basses à 34,7) et en Europe (PMI à 41,3 avec des nouvelles commandes à 36,2). Il s'agit des plus basses valeurs observées depuis l'existence de cet indice (1998)

La confiance des ménages et des opérateurs économiques est aussi à des niveaux de pessimisme record :

La confiance des ménages français est au plus bas depuis 1987

L'indice du sentiment économique européen est à un plus bas de 15 ans à 80,4 (vous trouverez plus de détails et une base de données dans ces deux liens :)

Lien 1

Lien 2

Aux Etats-Unis, la situation est la même, avec un indice du Michigan à 57, voisin de ses plus bas sur plus de 25 ans.

b) L'immobilier

Le fait nouveau concerne cette fois la France, qui semble cette fois emboîter le pas aux Etats-Unis et à l'Angleterre en ce qui concerne la baisse des prix.

L'indice BoursoPAP indique en effet un rythme de baisse sur le dernier trimestre d'environ 2,5%, soit 10% en annualisé. L'effondrement des volumes d'activité (-26% sur les crédits immobiliers en un an) a fini par se répercuter sur les prix.

Voir aussi cet article du site "crise-mondiale.fr"

Vu l'ampleur de la bulle immobilière en France (hausse des prix nettement supérieure à ce qui a été observé ux USA, et de même ordre que ce qui a été observé en Angleterre), il est pour moi probable que nous nous dirigeons vers une baisse des prix moyenne d'au moins 50%, à une allure qui pourrait atteindre 15 à 20% par an en rythme annuel sur 2009 et 2010. La capitale, qui a subi une hausse encore plus importante, est particulièrement concernée (l'immobilier parisien est tout ce qu'on veut sauf une valeur refuge dans le contexte actuel !).

Rien de nouveau aux USA et aucun signe d'amélioration sur l'immobilier.

c) Le chomage et l'activité industrielle

Voici deux graphiques qui nous montrent l'importance du processus de désindustrialisation en cours aux USA (la situation est sans doute semblable en Europe) :

Le nombre d'employés dans le secteur des biens durables

Le nombre d'employés dans le secteur des biens non durables

Le taux de chômage a fortement augmenté aux USA en octobre, avec 500 000 demandeurs d'emploi en plus en un mois, et un nombre de chômeurs au plus haut depuis 25 ans. Les plus hauts de 1982 devraient malheureusement être largement dépassés dans les années à venir.

Voir ce graphique

Les ventes de véhicules poursuivent leur chute libre (-45% pour les ventes de Général motors en octobre, la faillite de cette entreprise symbolique étant quasiment inéluctable, à moins d'un plan de sauvetage de l'état US qui ne fera que reporter le problème)

Un petit point sur les indices et la stratégie pour finir : 

Nous nous dirigeons, aussi bien aux USA qu'en Europe vers une forte récession, ce qui signifie des reculs du PIB à un rythme annuel supérieur à 2% par an (quoi qu'en pense le "consensus des experts" qui en est encore à se demander si on fera 0,2 ou 0,7% de croissance en 2009 en France), probablement pour plusieurs années.

Cette récession n'est pas du tout pricée par les principaux indices boursiers (le SP500 se négocie à un niveau de rendement de 3% et à un PER de 18. Le potentiel de baisse reste donc très important (en particulier sur les indices US, ce qui ne veut pas dire que la baisse est finie en Europe), et les investisseurs de long terme attendront donc prudemment de meilleures soldes dans les années à venir pour revenir à l'achat.

Pour les positions baissières, nous sommes dans une structure de consolidation horizontale ou en triangle de la vague de baisse de septembre / octobre, et les niveaux du VIX et de pessimisme me paraissent encore un peu trop hauts pour prendre des paris à la baisse avec suffisament de sécurité, même si ce moment approche.

 

Publié dans actualité

Commenter cet article

e.xavier 18/11/2008 22:32

Bonsoir.Merci pour m'avoir remis dans le droit chemin mes amis.Désolé pour mes petits excès passagers.Bien entendu, la plus part des arguments de ce blog sont très pertienents.  

Luc van Mulders 14/11/2008 21:58

Explication par l'exemple :Quelqu'un pourrait me donner la raison pour laquelle cette valeur est si rapidement remontée ? Valeur que ceux qui connaissent mon blog savent que je l''avais précédemment en portefeuille.  http://www.boursorama.com/cours.phtml?symbole=1rPLEYHeu, la réponse "elle fait du bon vin" ... je la connais ;o)Merci de votre contribution, dans l'intéret de toutes et tous ...Luc /Serfix 

yukulélé 12/11/2008 22:53

Bonsoir Loïc,Vous avez répondu (cf n°59) à mon commentaire n°58 et je vous en remercie.OK, le Japon s'en est sorti grâce à la croissance mondiale.Ne pensez vous pas que notre planche de salut proviendra des pays émergents qui vont rentrer en phase de croissance durable ?A part qqs exceptions , de nombreux pays émergents ont non seulement du cash pour financer leur développement mais aussi un endettement limité ( bon rating).Cela entrainerait une vente de leur devises de réserves ($ en très grande partie) et affaiblirait un peu plus cette monnaie qui deviendra une monnaie de singe au fil des années.Néanmoins, je vois mal comment la France, avec son dogmatisme, son corporatisme et sa rigidité structurelle pourra évoluer. Avez vous un avis sur certaines gestions alternatives (arbitrages de volatilité, event driven ?)Merci par avance

brehat 12/11/2008 17:36

Bonsoir,@ Luc, tu dois un peu maudir Citigroup ce soir, elle qui a émis une recommendation négative sur Arcelor  ce jour (elle n'avait pas besoin de cela). Aujourd'hui Arcelor a atteint son plus bas en 5 ans. Tu as été plus patient que Warren mais pas encore assez je crois. Il faut encore attendre comme Loïc l'a dit et répété :  que ce soit en Europe ou aux US, les PER et rendement ne sont pas, loin de là au niveau où ils devraient finir avant que la tendance baissière qui c'est enclenché ne s'inverse durablement.Essayer qqes "coup" à la hausse dans l'entrefait, c'est très dangereux dans un tel contexte : la preuve.Je crois aussi que tu es trop optimiste pour le marché de l'Acier. L'immobilier et l'automobile, ses deux mamelles ne vont pas bien du tout. Obama a bien conscience de cela, en particulier l'automobile, lui le sénateur de l'Illinois. J'ai lu aujourd'hui que la faillitte de GM aurait un impact sur 2,5 millions d'emploi (suivant une étude) si l'on inclus les soust traitants du secteur qui seraient impactés. voir article ci dessous sur boursier.com. Parmi les 2,5 millions peut être des emplois Arcelor USA. Tout simplement terrifiant ! Low cost automobile en panne (cf ce qui arrive à Dacia, marché du neuf entré dans la spirale baisse des prix, des stocks => grosse pression sur les fournisseurs.http://www.boursier.com/vals/FR/general-motors-too-big-to-fail-news-307665.htmLoïc 

alix 12/11/2008 09:13

Mon cher Xavier, votre contestation des graphes long terme semble etrange a 1 ere vue. En effet pourquoi devrions-nous nous priver de telles sources d'information ?La reponse tient probablement a notre attitude interieure, consciente ou pas :1 - Si nous sommes les tenants d'une these (ou que nous avons un desir puissant que les choses soient comme ceci ou comme cela), alors on peut comprendre que l'on recherche dans les chiffres et les graphes CEUX QUI confirment notre these, et que nous rejetions ceux qui l'infirment. Par exemple : si j'ai une grande peur ou une incredulite face a une Depression mondiale de tres grande ampleur (ce qui peut se comprendre ! On en est tous la !), la tentation de me rassurer peut etre plus forte que celle de connaitre la verite.2 - Si, par contre, je n'ai aucun a priori (ou blocage) quant a ce que je vais decouvrir, alors la plus vaste echelle de references va me servir de livre ouvert. Si la realite decouverte est tragique, au moins aurai-je le temps de me preparer au mieux. C'est a mon sens la demarche de Loic. A la lecture de son livre, j'ai ressenti pour ma part que Loic etait "neutre" par rapport a ce que les graphes lui disaient. C'est la raison pour laquelle je lui accorde credit : il ne cherche pas confirmation d'une these a laquelle il serait affectivement attache. Il cherche simplement a apprehender le reel QUEL QU'IL SOIT, aussi dur soit-il. En general on percoit ce qu'un auteur desire au fil des pages d'un livre (certainement plus que sur un blog, ou il semble se defendre des attaques et des contestations, comme s'il defendait "sa verite" face a celle des "autres").Je vous conseille la lecture du livre de Mr Abadie.Bien amicalement.