Cash is king, nothing else : le point.

Publié le par loïc abadie

Un petit "bilan des courses" intermédiaire sur les performances du cash comparées à d'autres actifs.

Par rapport au dernier pointage, le bilan s'est encore sensiblement aggravé pour de nombreux actifs, en particulier pour les actifs préférés des inflationnistes (matières premières, mines, mines d'or).

La déflation globale d'actifs est en pleine action depuis 2008...Restez à l'abri, évitez les fausses "valeurs refuges" que l'on vous proposera, et observez les faits plutôt que les discours que vous entendrez ici ou là sur le thème "le cash ne vaut rien" !

null

Même l'or physique commence à donner de nouveaux signes de faiblesse, confirmant pour l'instant son entrée en marché baissier (au sens de Weinstein), avec un nouvel objectif possible entre 600 et 650$ (à suivre). Rappelons que l'on peut en avoir pour une petite part de son patrimoine (5-7% de physique), mais à mon avis uniquement à titre d'assurance contre des évènements très improbables (retour à l'étalon or par exemple).

La tendance actuelle n'est pas du tout haussière sur l'or...N'oublions pas que la demande en bijouterie (70% de la consommation mondiale annuelle en or) sera impactée de plein fouet par la récession qui se développe actuellement.

 

 

Commenter cet article

DIAM 30/05/2009 22:39

Autres façons de voir :  en dehors du scénario de déflation de Loïc, on peut penser aussi que 2009 sera l'année de tous les records boursiers à la hausse. Parce que la ré-inflation de la Fed peut marcher, que le dollar bas favorisera les exportations américaines, ...et aussi l'exportation de leur crise financière et économique. Si la ré-inflation restait limitée aux actifs en deleveraging (immeubles, actions, actifs toxiques), une inflation massive sur les prix à la conso n'est pas à craindre. La remontée des cours d'actions, des immeubles et des actifs toxiques au moyen de la planche à billets pourrait permettre à l'Etat US de se désendetter en re-privatisant les "actifs nationalisés" avec la planche à billets. Un pari risqué, certes, mais je  n'ai aucun doute que la Fed y arrivera, qu'elle y mettra les moyens et que la BCE et la BoJ suivront, ...et que les chinois transformeront leurs créances américaines en actions américaines, sans quitter la zone dollars US. Ainsi, autant que Loïc aura eu raison en 2008-2009, autant il sera à côté de la plaque en 2009-2010. Nous n'arriverons jamais à des rendements de 6-8% durables sur des actions parce que la ré-inflation marchera sur ce secteur d'assets. Attention aux fausses certitudes. Les thèses de Loïc pour 2009-2010 ont une probabilité de 25 % à 50 %, tendance à la baisse depuis mars. Si Chrysler et GM seront des dossiers maîtrisés ? ....les bourses US pourraient hausser à nouveau fortement.  Ce n'est pas parce que Ponzi est mort, qu'il n'y aura pas de nouvelles pyramides de son nom.

Stéphane 08/11/2008 10:06

Bonjour LoicJe souhaiterai avoir un avis sur la possibilité d’une baisse du dollar en univers déflationniste. D'après ce que je comprends de ta théorie, vu qu'il n'y aura ni inflation/hyperinflation dans un horizon de temps de l'ordre d'un an ou deux, le dollar va mécaniquement être soutenu par les mouvements de delevaraging.Cependant, n'est-il pas malheureusement envisageable d’être dans un contexte déflationniste, mais avec effritement sensible de la valeur du dollar ? En effet, la différence entre le Japon des années 90 et les US 2008, c’est que le Japon était le créancier du reste du monde, alors que les états unis a une dette auprès du reste-du-monde très importante.Un certain nombre d’éléments rendent cette possibilité pas impossibles dans un avenir pas si lointain : vente des dollars de la Chine pour soutenir son économie qui va très mal (avec effet domino de vente du japon et des pays arabes), déficit de 1000 milliard de dollar prévu l’année prochaine et nouveau plan annoncé de relance de la consommation, aggravation de la crise aux US avec un PIB en baisse sensible et donc une augmentation mécanique du ratio dette/PIB… En dehors de la vraisemblable inéluctabilité des cycles de Kondratieff en système capitaliste (mais ça c’est de l’ordre philosophique), cette crise est lié aux déséquilibres massifs générés dans la période précédente. Tu analyses extrêmement bien les déséquilibres liés la dette privée, mais tu n’intègres pas dans ton analyse l’impact des fameux « twin deficit » (déficit commercial et du budget de l’état US) qui ont accéléré alimenté ce mouvement d’endettement.Lors des hivers de Kondratieff, les turbulences sont toujours énormes, pas seulement sur les actifs mais aussi sur celui des changes (en 1929 je ne sais plus ce qui s’est passé sur les monnaies/convertibilité en or mais ça a turbulé).Je ne sais pas quoi penser sur l’avenir, mais si le caractère déflationniste de cette crise me semble acquis (du moins pendant un temps certain encore), la baisse sensible du dollar (lié aux déséquilibres accumulés et non pas à l’inflation) me parait pas pouvoir être écarté aussi vite. Inversement, l’hypothèse d’un déclin du dollar repose notamment sur l’idée que les USA seront bien plus touchés que les autres pays, ce qui est loin d’être certain vu que les USA ont exporté une quantité significative de leurs pertes (en instruments financiers divers  et variés).Bref, Loïc qu’en penses-tu ? Merci d’avance

loïc abadie 08/11/2008 16:33


Il y a deux aspects dans cette question : - Une monnaie peut baisser ou monter par rapport à une autre dans un univers déflationniste : les actifs perdent de la valeur simultanément dans toutes les
monnaies "centrales" ($, €, yen...), mais cela n'empêche pas des évolutions à la baisse de certaines monnaies par rapport à d'autres. Il y a plusieurs facteurs de soutien au $ à moyen terme : - Le
deleveraging et le rapatriement d'actifs vers les USA. - Même si cela va sans doute changer avec la forte hausse des déficits publics à venir, le niveau d'endettement NET de l'état US reste encore
assez faible par rapport à d'autres états : http://tropicalbear.over-blog.com/article-22805419.html - La moins bonne cohésion de la zone euro par rapport aux US (des dissensions pourraient
apparaître entre des états "disciplinés" comme l'Allemagne et des états dépensiers comme l'Italie et fragiliser l'euro). - La disparition ou la réduction des avantages associés à l'euro (les taux
vont sans doute continuer leur baisse vers des niveaux voisins de 0, aussi bien aux US qu'en Europe, et les fondamentaux économiques se dégradent aussi en Europe). Mais il est évident que les
turbulences fortes sur les marchés se répercutent aussi sur les changes, et je ne me risquerai pas à un pronostic de long terme sur le $.


Jules 27/10/2008 23:34

Mea culpa.Merci pour la mise au point.

Fmur 27/10/2008 18:46

Bonjour Loïc,Dans votre livre , vous dîtes qu'un CAC à 1500-2000 points, c'est possible, en cas de crédit crunch généralisé. 7 mois après la sortie de votre livre, est-ce que ce scénario tiens toujours?Sur l'or vous baissier à court terme, jusqu'à la reprise...Est-il intéressant de prendre des produits bear sur l'or (l'émetteur (la BNP) semble être en bonne santé.)pendant cette phase, ou alors est ce vraiment trop risqué?Si Oui quel est selon vous,  le point d'entré possible?Le point haut du gold index (1000), semble être derrière nous.Autre question, vous n'êtes pas devin mais bon, quel est pour vous le point bas du baril de pétrole, un retour vers les valeurs de 2002? Nous sommes actuellement au niveau de 2006 à 65$.  Je sais que vous conseillez de regarder les taux long et la reprise des émergents. Mais bon votre vision des choses me ferais plaisir.(Quel valeurs conseillez vous pour jouer le pétrole et substituts sur le PEA? Vous avez déja citez SASOL, Dragon Oil pour le compte titre en suivez vous d'autres?)Je ne cherche pour le moment pas à acheter d'actions, mais Warren  Buffet que vous citez dans votre livre, recommence à en acheter: Sanofi, Général Electric et constellation energy.Le est PER est

Jules 27/10/2008 10:05

Loïc,Vous anticipiez un dollar à 1,75€ pour la fin 2008 encore récemment. Il est aujourd'hui à 1,24€. Je voudrais savoir si vous maintenez votre prévision. Sinon j'aimerais connaître votre analyse. Est-t'on déjà dans une phase de dévaluation compétitive?Merci et bravo pour votre blog.

loïc abadie 27/10/2008 13:28


Bonjour Jules, vous devez me confondre avec quelqu'un d'autre (peut-être des inflationnistes style GEAB qui pronostiquent l'effondrement du $ depuis des années). Je n'ai jamais prévu un dollar à
1,75€ et encore moins conseillé de parier sur la baisse du $, la force actuelle du $ me parait logique compte tenu du contexte de déflation et de deleveraging qui le favorise. Nous restons dans un
contexte déflationniste, favorable au cash (donc aux monnaies papier).