L'entrée dans le cœur de la crise ?

Publié le par loïc abadie

Les évènements de ces dernières semaines témoignent d'une nette accélération des évènements, et d'une aggravation de la situation, aussi bien aux USA qu'en Europe.
Voyons en les différents aspects : 

- Sur le secteur financier :

Le « gigantesque » plan Paulson de 700 milliards de $ a donc été finalement adopté.
Seul problème : les besoins en liquidités du système financier s'accélèrent à un rythme exponentiel, et le gel des marchés de crédit aussi.

Voici un graphique représentant les emprunts des établissements financiers US à la FED :
ils étaient insignifiants jusqu'au début 2008. Pour Bear Stearns, la FED a du prêter 40 milliards pour éviter la panique, un fait sans précédent dans l'histoire...Depuis la mi-septembre, tous ces seuils sont pulvérisés : les prêts d'urgence de la FED s'élevaient à 47 milliards le 17/9, à 187 milliards le 24/09/08, à 367 milliards le 1/10/08 et à plus de 400 milliards le lendemain (2/10).
Il s'agit pour l'essentiel de prêts à court terme (moins de 90 jours), pour donner le temps aux banques emprunteuses de tenter de liquider leurs actifs et de trouver du cash au plus vite (ce qui implique des ventes ultérieures d'actifs et autant de pression sur le cours de ces actifs divers).
La FED a du elle-même emprunter au trésor US (350 milliards) pour pouvoir agir.
Au rythme de ces derniers jours (plus de 30 milliards / jour), le plan Paulson serait consommé en moins d'un mois.


Les spreads de taux pulvérisent également tous leurs records historiques : le TED spread qui mesure l'écart entre les taux interbancaires (le taux auquel les banques acceptent de se prêter de l'argent) et les taux « sans risque » (T-bonds) est à présent proche de 4%, très loin devant son précédent record atteint pendant le krach de 1987 (2,5%).

Vous pourrez trouver un graphique à plus long terme (mais sans la récente envolée) ici :

Les taux des obligations à risque intermédiaire explosent aussi à la hausse : le spread Baa - 10 ans est au dessus de 4% et vient de dépasser ses plus hauts sur 50 ans : les entreprises qui ont besoin d'emprunter subissent actuellement une forte hausse de taux (alors que les taux sur les emprunts d'état eux restent très bas, et même historiquement bas sur les maturités courtes qui sont en dessous de 1%)

Cette course au cash a des effets que l'on aurait jugé impensables il y a seulement quelques mois : l'état de Californie a demandé un prêt d'urgence de 7 milliards aux autorités fédérales, et risque de manquer de liquidtés pour payer ses fonctionnaires prochainement), le Massasuchets semble avoir les mêmes besoins.

Coté Europe, les problèmes sont également là avec l'échec du plan de sauvetage de la banque spécialisée dans les prêts immobiliers hypo real estate (400 milliards d'euros d'actifs, un montant à peine inférieur à celui de Lehman Brothers). Il faudrait trouver rapidement entre 50 et 100 milliards de cash pour cette banque.

- Sur l'immobilier

Là aussi, les mauvaises nouvelles s'accumulent : Les ménages britanniques, pour la première fois depuis 10 ans ont cessé d'extraire des liquidités du refinancement de leurs biens immobiliers, le mouvement s'est même inversé : la source de liquidités qui soutenait la consommation s'est transformée en trappe.
 
En France les dirigeants croient visiblement aux miracles, et imaginent encore qu'ils pourront enrayer la lame de fond en se substituant aux acheteurs qui ont disparu (avec de l'argent public bien entendu)  (dépêche AFP)

Pourtant tous les indicateurs sont au rouge : les taux montent à cause de l'assèchement des conditions de crédit, les emprunteurs ayant des crédit-relais vont devoir vendre leur bien en urgence dans un marché déserté, l'activité chute

- Sur l'économie réelle et la consommation

-> Les ISM manufacturiers sont en forte chute, et largement sous la barre des 50 qui indique une contraction de l'activité, aussi bien aux USA (43,5, plus forte chute depuis 1984) qu'en France (PMI à 43,0).
Le ministre du Budget a aussitôt présenté un point de vue assez original : "Par nature, la France n'est pas en récession" (qui se passe de tout commentaire).
Actuellement le mot "politiquement correct" utilisé officiellement est "récession technique" (c'est la suite logique du "ralentissement piloté de l'économie", et de "l'atterrissage en douceur").

-> Les ventes de voitures se sont effondrées aux USA en septembre (-27%) 

->le Baltic dry index témoigne aussi de l'ampleur de la chute de la demande, cette fois au niveau mondial.

Le cours de cet indice, qui mesure le prix du transport maritime des matières sèches a presque été divisé par 4 en 5 mois. A mon avis, c'est un sérieux signe d'avertissement pour ceux qui croient encore que les matières premières seront un refuge dans la situation actuelle, et un sérieux signe de chute de l'activité mondiale à venir.

Vous pouvez consulter les graphiques sur ce site.
Cette tendance est confirmée par le krach qui a eu lieu sur le secteur des matériaux de base : l'indice eurostoxx des valeurs opérant sur ce secteur a déjà été divisé par 2 en quelques mois, cassant les illusions de tous ceux qui pensaient que les valeurs du secteur minier et des matériaux de base résisteraient durablement à la tempête actuelle (il est vrai que cela avait été le cas jusqu'au printemps 2008). Le graphique ci-dessous (source : Boursorama) montre que tous les supports éventuels ont été franchis à la baisse sans aucune difficulté.



Tous ces éléments (et l'absence de réaction à la hausse des marchés à la suite de l'adoption du plan Paulson) sont des indices sérieux d'une aggravation de la crise, et d'une possible entrée dans le cœur de celle-ci.

Petit point sur les indices pour finir :
Les niveaux sur le VIX étaient certes à un niveau très élevé la semaine dernière, ce qui pourrait inciter à espérer un rebond technique...Il est sans doute possible, mais je recommande cependant la plus grande méfiance à ceux qui seraient tentés de se placer dans ce sens. Le pic de pessimisme n'est pas confirmé par d'autres indicateurs (bull/bear spread , put/call ratio restant assez bas), et il n'y a pas eu de franche capitulation à la baisse...

Je ne suis évidemment pas devin, tout ce que je peux dire est que la situation actuelle est exceptionnelle, et qu'un plongeon brutal des indices n'est pas à écarter dans les jours qui viennent sur les marchés, malgré les niveaux actuels du VIX.



Publié dans actualité

Commenter cet article

Achat Or 01/04/2009 08:25

Nombre de personnes ne connaissent pas leur richesse et font appel au crédit. Actuellement le CAC 40 perd plus de 3% et l'or est au plus haut. C'est tout à fait emblématique de ce qu'il se passe depuis plus d'un an sur ces deux marchés. Si vous avez besoin d'argent et si vous possédez un peu d'Or sous quelque forme que ce soit, bijoux, déchets, pièces ou lingots, n'attendez pas, c'est le moment de vendre, vous serez étonné du montant récolté !
achat or

brehat 12/10/2008 15:28

@casamTout à fait d'accord avec toi. Il n'y a qu'un chapelet de mauvaises nouvelles à venir en particulier avec le résulat du 3T, notamment des banques US et ce malgré la modification de la règle des mark to market (et ce que cette règle est bien applicable pour les résultats du 3T ?). La crédibilité des politiques et banques centrales est au plus bas et cela ne va pas s'arranger, ils tirent leurs dernières cartouches. La deuxième vague de crise financière arrive : défaut de paiements carte de crédit, deuxième vague de subprime, bulle des CDS. C'est de cela que nos politiques ont du parler ce week end. J'espère qu'ils ont bien intégré que cela va devoir se coupler à un crise de l'économie réelle sévère et, si ils echouent à atténuer les effets de ces deux crises, à une crise politique majeure (ils ne pourront plus dire au 1T2009, qu'ils ne savaient pas).En ce qui concerne les indices, la capitulation est encore devant nous. Le CAC est proche des 3000, ce seuil pourrait être testé dès cette semaine. Au japon le seuil majeur des 10000 pts a éte testé une fois puis transpercé le lendemain et avec quelle ampleur !Je serai surpris que le VIX s'affesse ! D'ailleurs à ce sujet Loïc, dans les conditions exceptionnelles actuelles, la MM 150 et 200 sur le VIX/VXN sont elles encore des paramètres à suivre ? Réponse dans ton prochain post ? 

casam 12/10/2008 11:20

Hello à vous tous,concernant le krach en cours, je ne vois pas ce qui peut le stopper, si ce n'est un retour vers les niveaux les plus bas de 2003. En effet, tous les supports majeurs ont été complètement explosés et seul le support d'un CAC autour de 2300 - 2500 semble encore à même de faire penser aux opérateurs que le ménage a été fait et qu'on peut revenir sur les actions.Graphiquement, il reste donc encore un boulevard jusqu'à ces niveaux, car pour rappel la hausse de mars 2003 avril 2004 s'est faite sans aucune résistance, je ne vois pas pourquoi l'inverse serait impossible.Quels autres éléments pourraient faire revenir les investisseurs à l'achat? Jusqu'à présent, les gouvernements arrivaient à rétablir la situation avec des solutions qui semblaient répondre à la perception qu'avaient les opérateurs de la crise. Or, que constate t on de nouveau actuellement? Les annonces gouvernementales se succèdent et ne font que révèler une chose: les problemes sont tres graves et  SURTOUT ont été largement sous estimés...et les solutions miracles n'existent pas...et là tout le monde le sait maintenant!!Donc comment redonner du souffle à ce marché? A mon avis, il nous reste encore quelques grosses séances de capitulation pour avoir ce rebond, mais je pense que le marché peut encore baisser de 20% pour se stabliser et repartir sur un rebond puissant.Réponse cette semaine mais surtout un conseil: ne vendez jamais, surtout à découvert, la peau d'un ours, tropical qui plus est...Bon dimanche.

DOZIER 12/10/2008 09:46

La ministre française de l'Economie, Christine Lagarde, s'est dite certaine que ce sommet déboucherait sur de "nouvelles propositions" pour contrer la crise financière. (Reuter 11/10/2008)Le discours a changé nous sommes loin de l'effet d'annonce tonitruant.La ministre est certaineElle emploi le conditionnel"pour contrer la crise"  ici, il ne n'est plus question de la jugulerNous voilà donc définitivement rassuré.Je ne peux m'empêcher de penser à ces bambins que je vois l'été sur la plage autour de leurs chateaux de sable : - tandis que l'un s'affaire à remettre du sable là ou la ruine menace, l'autre en toute hâte, érige un rempart qui à peine achevé verra la mer arriver pour tout submerger.Nos politiques, Mme Lagarde en tête, sont tous formidablesEt nous attendons tous le REBOND TECHNIQUE tant espéré.A lundi prochain.

pierre 12/10/2008 09:27

Un article mettant en lumière les problèmes rencontrés par les banques.En tête, les banques européennes.Le plan de sauvetage allemand de 400 M est justifié vu le leverage ratio de 52.http://www.nytimes.com/2008/10/11/business/worldbusiness/11charts.html?_r=1&ref=worldbusiness&oref=sloginhttp://graphics8.nytimes.com/images/2008/10/11/business/11charts.190.jpg