Nasdaq 2000, pétrole 2008 : un air de famille ?

Publié le par loïc abadie

 

N'y a t-il pas d'étranges ressemblances entre ces deux courbes ?

La première est celle du Nasdaq entre 1994 et 2001.

La seconde est celle du baril de Brent entre 2002 et 2008.

null

null

 

Ces courbes qui montent de plus en plus vite jusqu'à devenir presque verticales s'appellent des hausses paraboliques. Elles traduisent un sentiment d'euphorie extrême des opérateurs, qui ne recherchent plus l'actif pour ses fondamentaux, mais parce qu'il « monte vite ».

Dans la phase verticale de la courbe, tous les opérateurs sont convaincus que leur actif va monter jusqu'au ciel, avec la conviction absolue qu'ils sont dans une « ère nouvelle » : Discours sur « l'ère internet » en 2000, discours sur « la fin du pétrole » et le « peak oil » en 2008.

Je ne dis évidemment pas que le pétrole est inépuisable, ni même que le peak oil conventionnel ne sera pas une réalité à échéance de 10 ou 15 ans (peut-être moins) et reconnais que la hausse actuelle du pétrole repose sur des raisons fondamentales très sérieuses...Mais attention quand même aux mythes !

Les solutions de remplacement au pétrole existent (j'en ai déjà parlé), et on sait faire du pétrole synthétique à des cours bien inférieurs aux cours actuels du baril.
Attention aussi aux conséquences d'une récession aux USA et en Europe, toute récession suffisamment importante fera chuter la demande en pétrole (même si ce n'est que temporaire), et le cours du baril avec.

Ce type de courbes paraboliques se termine presque toujours « dans la douleur », par une chute brutale. 
L'or en 1981, le Nikkei en 1991, le Nasdaq en 2001, le marché chinois cette année...les exemples de hausses paraboliques qui se sont effondrées sont légion...Méfions nous donc de l'engouement actuel des investisseurs sur le pétrole !
Il est évidemment impossible de savoir le moment exact où le mouvement parabolique sur le pétrole « cassera »...il peut très bien aller à 160 ou 180$ avant. Mais un investisseur raisonnable évitera de suivre les foules sur ce terrain hautement « avalancheux », à moins d'avoir un horizon de court terme.

Pour ceux qui supportent le risque et recherchent la performance, il y a à mon avis tout autant à gagner, avec une meilleure sécurité, en prenant des positions baissières sur les indices au bon moment, à l'occasion de chaque rebond technique du marché.


Publié dans bourse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

valikor 24/07/2008 09:06

" La psychologie des foules est souvent un outil de prévision efficace."souvent ne veut pas dire toujours.... pouvez vous attribuer un %?il faut se garder d'oublier de regarder les fondamentaux...A ceci près que bien des données ne sont pas accessibles par volonté délibérée de certains pays producteurs...

Black Swan 18/07/2008 17:18

Je te recommande la lecture du livre de Nicholas Nassim Taleb "Black Swan:the impact of the highly improbable" qui lutte exactement contre ce que tu fais la....Selon lui il faut arreter de chercher a predire le futur en regradant le passe et en se focalisant sur des details comme ces deux graphes mais accepter la grande part d'incertitude du future. Quel est le lien entre la surevaluation TMT et la possible bulle du petrole? Tout le monde sait que le cours actuelle du petrole peut etre une bulle. Le fait que ces 2 graphes se ressemblent, n'indique en revanche rien sur la probabilite que ce soit une bulle ou pas...

loïc abadie 19/07/2008 09:00



Si il n'y a que 2 graphes, je suis d'accord. Mais dans ce cas, les graphes de ce type (j'en ai vu des dizaines) reflètent un état psychologique particulier des opérateurs (euphorie extrême),
confirmé par le pourcentage anormal de "bulls" (haussiers) sur le pétrole. Quand tout le monde croit dans la hausse, il n'y a plus beaucoup de nouveaux acheteurs à convaincre et la baisse est
proche !


La psychologie des foules est souvent un outil de prévision efficace.



Douglas Mortimer 14/07/2008 17:16

A qui profiterait un bombardement US sur l'Iran ? Sûrement pas aux consommateurs US...Ni à tous les autres...Bombarder l'Iran ne permettra de toute façon pas de l'empêcher de développer sa capacité nucléaire (civile et militaire). Les Perses ne sont pas idiots et ne commetront pas l'erreur de concentrer leurs recherches sur 4-5 centres.Ils ont un objectif stratégique à long terme et ils sont patients. Donc, ils parviendront à leurs fins.

Jambon 14/07/2008 11:43

Hello,Quid du lien entre le prix du baril et de la situation géopolitique au Moyen Orient ?Vous débattez tranquillement de bulles, de loi d'offre et la demande, des réserves de pétrole, des sols butimeux... et si les US allaient friter l' Iran dans un très proche avenir ?Probabilité très élevée au regard de l'actualité.Le baril ne s'envolerait il pas à 300 puis à 500$ ?:-(J

loïc abadie 14/07/2008 19:55



Si il y a un conflit durable avec l'Iran c'est sans doute vrai.


Pour ma part je ne parviens pas à croire à ce conflit pour le moment : les USA n'ont pas intérêt à le déclencher (ça ne ferait qu'aggraver la crise économique), et surtout n'en ont pas les moyens
financiers. Et enfin l'opinion publique y est massivement opposée, ça compte en période électorale !


 



ten 11/07/2008 20:20

Etre à contre courant sur le pétrole, c'est penser qu'il va monter eternellement pas qu'il va baisser, une majorité de gens pensent que la hausse est uniquement spéculative. A voire, si une crise économique suffira à calmer la demande peu élastique mais meme si le Pic Oil n'est que dans 10 ans (ca fait deja 3 ans que l'extraction plafonne), il est normal que les marchés anticipe la fin du principal et difficilement remplaçable moteur de nos économie. La régulation par le marché fonctionne peut à merveille pour le pétrole.