Le rôle des agrégats monétaires.

Publié le par loïc abadie

En réponse à de nombreux commentaires sur le blog à ce sujet qui est plus que jamais d'actualité, voici un petit point sur les agrégats monétaires, l'inflation et la déflation.

Le but de cet article n'est pas de rentrer dans le détail de la composition des agrégats monétaires, mais plutôt de voir leurs liens avec le crédit, la déflation ou l'inflation et la politique économique.

La création monétaire.

Schématiquement, la monnaie peut être créée de deux façons :

  • Sous forme classique, qui est celle qui est connue dans «l'imaginaire collectif»: la banque centrale (BCE ou FED) imprime des billets ou des pièces, c'est ce que la presse économique appelle la «planche à billets».
  • Par le crédit, aujourd'hui sous forme essentiellement numérique aujourd'hui: A chaque fois qu'un ménage vient emprunter à sa banque de l'argent, il pourra ensuite dépenser l'argent ainsi obtenu, ou le placer sur des comptes divers: il y a création de monnaie. Cette monnaie est temporaire (elle disparaît dès que le prêt est remboursé), mais dans un environnement où la dette globale augmente, on a ainsi une création continue de monnaie.

Un point essentiel à signaler : la « planche à billets » est sous la responsabilité des banques centrales type FED, mais la création de monnaie associée au crédit n'est pas directement contrôlée par les banques centrales.

Ce sont les banques privées et la demande de crédit des ménages qui la contrôlent, et c'est aujourd'hui la forme largement dominante de création monétaire.

Pour mesurer la quantité de monnaie en circulation, on peut utiliser différentes définitions :

- Au sens le plus strict, la masse des pièces et billets en circulation.

Cet agrégat pèse 759 milliards de $ aujourd'hui, et il est par définition directement contrôlé par la FED. Sa vitesse de croissance chute régulièrement depuis 2003 : contrairement à ce que certains affirment, la FED fait tourner la planche à billets au ralenti !

Voir ce graphique

- Très proche de cela, nous avons l'agrégat M1 (1372 milliards), lui aussi très lié à la « planche à billets » de la FED. M1 n'augmente pratiquement pas depuis 2 ans.

- A l'autre bout de la chaîne, nous avons l'agrégat M3, qui prend en compte une définition de la monnaie beaucoup plus large. La Fed a cessé de publier ses données sur M3 en 2006, on en était alors à un niveau de 10200 milliards de $. En extrapolant les tendances de 2006 et l'évolution d'un autre agrégat (M2), on peut estimer que nous sommes aujourd'hui à environ 13000 milliards de $ pour M3 (presque 10 fois plus que M1).

Contrairement à M1, M3 est actuellement en croissance rapide (13 à 15%/an), et on observe la même tendance en Europe.

Un point essentiel à signaler : M3 est lié essentiellement à la partie « crédit » de la création monétaire (justement celle que les banques centrales ne contrôlent pas directement). 
Ceux qui affirment que la FED fait « fonctionner la planche à billets » ou "fabrique de la monnaie anarchiquement" parce que M3 augmente n'ont pas compris ce qu'est l'agrégat M3, et ce qui contrôle son évolution.
 

Les liens entre M3 (monnaie au sens large) et inflation.

Beaucoup de partisans des thèses inflationnistes avancent en argument que la forte hausse actuelle de M3 serait un signe d'inflation. En réalité, dans une situation comme la situation actuelle ou la situation du Japon dans les années 80-90, il n'y a aucun rapport entre M3 et niveau d'inflation : la monnaie « M3 » est créée par les ménages et acteurs économiques qui accumulent les emprunts, pas par la banque centrale.

 Voici un graphique extrait d'un article très intéressant  publié sur gold eagle par Heinrich Léopold.



Il montre l'évolution d'un agrégat analogue à M3 et de l'inflation au Japon entre 1980 et 2000. J
'ai vérifié les informations publiées sur d'autres sources, ce graphique est exact.

La forte croissance de la masse monétaire large (type M3) au Japon n'a non seulement pas provoqué d'inflation, mais a été suivi d'une décennie de stagnation des prix à la consommation associée à l'implosion de la bulle de crédit japonaise. Dès que la crise du crédit s'est accentuée au Japon à partir 1991, M3 a brutalement stoppé son expansion.

 L'inflation d'aujourd'hui est provoquée par la forte demande des pays émergents, principalement en matières premières, certainement pas par la politique monétaire des USA. Si cette demande continue de croître rapidement, les pressions inflationnistes persisteront, sinon (cad si les émergents sont touchés par la crise en cours), elles disparaîtront pour laisser la place à une récession déflationniste.

La FED peut-elle conduire délibérément une politique inflationniste ?

 Nous avons vu que la FED ne crée que très peu de monnaie aujourd'hui, contrairement aux idées reçues. On peut se demander si elle va changer de politique à l'avenir.

En théorie, la FED a le pouvoir de relancer l'inflation : elle pourrait par exemple tripler la masse de $ existants en billets et pièces (ce qui est sous son contrôle) et faire « exploser » à la hausse la quantité de monnaie au sens strict (M1) : la valeur théorique du $ serait divisée par 3, et on multiplierait ensuite les salaires par 3...les épargnants seraient globalement ruinés, mais la dette en excès aurait été gommée par l'inflation.

En pratique, cette solution "sympathique" est impossible à appliquer pour deux raisons :

- Si la FED se lançait dans cette «aventure», les marchés et les pays étrangers perdraient toute confiance dans le $ : la chute de sa valeur dépasseraient largement ce qui aurait été prévu, et les américains ne pourraient plus acheter à l'étranger les produits dont ils ont besoin (et perdraient toute crédibilité économique sur le plan international).

- L'inflation ferait flamber les taux d'intérêt, ce qui reviendrait à assommer définitivement les emprunteurs et à détruire d'un coup tous les efforts de la FED en matière de baisse des taux. A titre d'exemple, prenons un prêt de 200 000$ sur 30 ans, à annuités constantes :

A 6% d'intérêt, l'annuité de ce prêt est de 14 579$...mais à 15% d'intérêt (taux habituels sur les emprunts observés en situation de forte inflation) elle double à plus de 30 000$.

 Donc à l'avenir, la FED ne pourra pas vraiment utiliser sa planche à billets, même si elle aimerait pouvoir le faire !

Et l'état ?

 Il a une marge de manœuvre plus grande que la FED : la dette publique US est d'environ 10 000 milliards de $ soit environ 11 fois ce qui est au bilan de la FED. En situation de forte récession, il est très probable que les dirigeants laisseront filer les déficits, sur le modèle japonais (il y a une « marge » entre le ratio dette publique / PIB à 65% des USA et celui du Japon qui dépasse 130%).

Il y aura à la fois moins de rentrées fiscales à cause du PIB qui chute, et plus de dépenses pour : 
- venir en aide aux institutions bancaires en difficulté, si nécessaire en nationalisant une partie des mauvais crédits.
- venir en aide aux personnes les plus durement touchées par la crise
- tenter de relancer l'économie par divers "plans".

Mais là aussi, la marge de manœuvre sera réduite  : tout déficit excessif se soldera aussi par une perte de confiance dans la solidité financière de l'état, donc du $ (le $ étant une monnaie papier garantie au final par des bons du trésor, donc par la capacité de remboursement de l'état émetteur).
On revient à la menace de hausse des taux d'intérêt et de perte de pouvoir d'achat qui ne ferait qu'aggraver la crise initiale.

Au final, ce ne seront pas les politiques, mais le marché et les détenteurs (américains ou étrangers) de bons du trésor US qui décideront de cette marge de manœuvre, par leur appétit d'achat envers les bons du trésor US. Elle sera au maximum de quelques points de PIB de déficit public en plus, soit quelques centaines de milliards de $ annuels (et encore, à condition que les recettes fiscales ne chutent pas trop).

Une chose est sûre : Si cela peut "adoucir" un peu le choc en étalant la crise, rien ne pourra compenser l'absence des 4000 milliards de $ annuels de dettes supplémentaires qui ont "nourri le système" jusqu'ici.

Commenter cet article

Luc van Mulders 26/05/2008 18:47


@ John,
Très succinctement cette valeur ou plus exactement cette prodigieuse entreprise implantée dans cinq les continents, possède actuellement des avoirs et des garanties lui permettant d’acquérir encore bien d’autres, petites ou grandes entreprises, en difficultés ou même prospères. Le broker Oddo par exemple, fait notamment référence aujourd’hui, à la diversification géographique et produits du groupe, ainsi qu'à son avance en matière de stratégie d'intégration verticale, seule réelle garantie selon lui contre le risque d'érosion des marges dans la sidérurgie. Ce broker considère toujours que le groupe est en mesure d'améliorer fortement sa profitabilité sur un cycle d'ici à 2012. Plus tard, toutes ces entreprises lui permettront d’éviter de devoir faire appel à des emprunts (obligataires, ou non) ayant beaucoup moins d’endettement. Elle pourra toujours vendre quelques terrains de celles qui n’auront pas d’avenir…  Elle est le premier producteur mondial dans les Aciers Plats Carbone, etc… Il y a la production d'Aciers Inoxydables,… le secteur Distribution-Transformation-Trading…. Cette entreprise s'est aussi fixée pour objectif de développer ses positions en "Chine" et en "Inde", deux pays dont les marchés sont en plein essor. Et il y a aussi l’Amérique Latine! Elle a surtout une capacité à relever ses prix.... Elle est (heureusement) peu présente aux Etats-Unis où les problèmes seront nombreux. J’estime aussi que cette société a bien réussi à se maintenir, et ce en dépit de la crise financière, de la hausse de l'euro par rapport au dollar et de la hausse des prix de l'énergie (et des produits alimentaires qui l’importe peu). Depuis janvier et même bien avant, elle a enregistré une croissance étonnante dans un contexte difficile dû entre autres au dynamisme des ventes aux pays de l'Europe de l'Est. Il y aura bien un ralentissement dans trois mois et ce en raison des disons "contretemps" que subira encore l'économie américaine et malheureusement européenne. Ce ralentissement devrait durer pour moi, jusqu'en janvier 2009. La crise financière n'est en effet pas terminée et de plus, elle ne sera pas facile à résoudre. Mais pas pour cette valeur d’après moi … et ce qui me réconforte dans ma vision c’est que "Goldman Sachs" (et j'espère bien d’autres) passe maintenant à l’achat !En toute humilité, n'ayant pas les capacités de Loïc en économie, je vous souhaite à tous une excellente fin de soirée. Luc VM

John 26/05/2008 16:50

@ Luc van Mulders :en cas de récession marquée, et dans un contexte de prix agricoles et de l'énergie durablement élevés, c'est à dire risquant de ne pas être fortement réduits par ladite crise, les achats de biens durables seront les plus affectés.Par exemple, les achats d'automobiles, déjà en forte baisse aux Etats-Unis, d'électroménager, de fers à béton, d'aciers pour infrastructures, etc.Bien sûr, il s'agit seulement de reports d'achat, raison pour laquelle il serait très intéressant de connaître à la fois le moment de la fin de la crise et l'avance avec laquelle les cours la refléteront. Qui sait ?C'est pourquoi je me demande quelles sont vos motivations à l'égard de cette valeur.Je suis friand d'avis concurrents et circonstanciés.

Luc van Mulders 26/05/2008 13:47

Merci Loïc,J'ai heureusement vendu toutes mes financières il y a déjà un certain temps, excepté quelques "KBC" pour le LT. Dans l'attente... "et afin de faire quelque chose" ... je mise beaucoup sur le titre "ArcelorMittal" pour l'instant. Cette société me semble la plus apte du CAC 40 (la seule même) à pouvoir faire face à une éventuelle récession mondiale ou autres.Et aussi, quel sera le meilleur moment pour toi pour acheter(ou de se renforcer) des US$ ? En sachant que le pétrole grimpera encore jusqu'à 165 US$ cette année. Je pense "personnellement" que 2 mois après les élections américaines le cours devrait revenir à 125/135 US$ et ne plus bouger (façon de parler).Bàt.Luc

Luc van Mulders 24/05/2008 15:26

Commentaire d'une certaine "Catherine" (et oui une dame... ;o))... ) sur mon blog perso:  - Forbes mag, le commentaire de Steve Hanke, depuis 2002, conseille de vendre toutes les obligations, de fuir l'immobilier, de se positionner sur les Tip's et les mp. Je dois dire que ses analyses sont excellentes, il avait prévenu 6 mois avant la tempête des subprimes!J'apprends aussi aujourd'hui que la banque helvétique UBS détient 81.065.811 titres de Fortis, ce qui représente 3,4% de cette banque belge. Si UBS qui aurait paraît-il de sérieux problèmes, vend l'intégralité de cette belle participation afin d'obtenir du "CASH" ... seule solution des banques (hors crédit) afin de pouvoir faire (valablement) face aux retombés "Subprime" et à la déflation annoncée, cela pourrait provoquer une réaction particulièrement délicate pour ne pas dire désastreuse sur le cours de Fortis qui depuis 1 an a déjà perdu plus de 50%! D'autres banques (comme KBC par exemple) ont arrêté le rachat de leurs propres actions. Cette réaction (si elle se passe) peut-elle aussi s'étendre aux autres banques belges? Vos avis ?Luc

loïc abadie 25/05/2008 19:16


Bonsoir, pour ma part, je reste évidemment à l'écart de tout le secteur bancaire sur le MT / LT (y compris les banques Belges et KBC) parce que je pense que nous sommes très loin du plus
bas de la crise en cours.
Même les banques européennes non exposées au crédit à risque encaisseront un gros choc au niveau de leurs bénéfices en cas de récession ou fort ralentissement en Europe, parce qu'elles ont prospéré
artificiellement entre 2003 et 2007 sur fond de bulle immobilière, de croissance anarchique du crédit, de marchés de dérivés et de fusions / acquisitions en croissance très rapide.



HOUDAN Michel 24/05/2008 08:39

Par le crédit,
aujourd'hui sous forme essentiellement numérique aujourd'hui: A chaque
fois qu'un ménage vient emprunter à sa banque de l'argent, il pourra
ensuite dépenser l'argent ainsi obtenu, ou le placer sur des comptes
divers: il y a création de monnaie. Cette monnaie est temporaire (elle
disparaît dès que le prêt est remboursé)Donc, l'argent ne provient pas de l'épargne du personne réelle. Si j'ai bien compris ç'est de l'argent virtuel , temporaire; crée par la banque et obligatoirement détruit après remboursement pour que la banque ne s'enrichisse pas "à bon compte". Mais alors d'où vient le CREDIT CRUNCH et l'augmentation du taux d'intêret si cet argent n'appartient pas à une personne réelle qui naturellement craint pour son argent, qui hésite et demande un taux plus élevé en période d'inflation?

loïc abadie 25/05/2008 19:10


La situation de credit crunch se produit quand la demande en crédit diminue et qu'il y a plus de crédits remboursés que de nouveaux crédits créés par les banques.
Dans cette situation, les agrégats type M3 stagnent (et peuvent même diminuer), et la consommation recule fortement parce que les ménages ont moins de liquidités à leur disposition.