La dette en Europe : Un terrain de plus en plus glissant.

Publié le par loïc abadie

Voici une actualisation pour l’année 2007 sur la croissance du crédit dans les pays de la zone euro.

Le niveau d’endettement global et celui des ménages reste inférieur à celui des USA et de l’Angleterre (environ 100% du PIB pour la dette des ménage de ces deux pays) même si 4 pays se rapprochent du niveau atteint aux USA avec 80% du PIB. 
La France à 47% du PIB est moins endettée, mais quand même à des niveaux jamais atteints auparavant dans son histoire.

dette-m-nage-euro-07.jpg
données : Banco de Espana / BCE

Le point le plus important en 2007 est l'accélération spectaculaire de la croissance du crédit en Europe comme le montre ce graphique : 

croissance-dette-euro-07-copie-1.jpg

données : Banco de Espana / BCE
 
La majorité des pays européens ont vu leur endettement global (privé + public) augmenter à un rythme supérieur à 10% par an, et avec une croissance du crédit de 17%/an, la France figure dans le peloton de tête.
A titre de comparaison, la croissance de l’endettement global aux USA s’est faite sur un rythme de 8 à 10% en 2007.
 
La dette des ménages a aussi augmenté à un rythme très soutenu, 10,5% du PIB en France par exemple.
L’Allemagne continue de faire « cavalier seul » avec une dette des ménages qui a légèrement diminué et une croissance de la dette globale de 5,9% seulement (à peine supérieure à celle du PIB en monnaie courante).
 
 
Passons au point le plus important : la dépendance des économies vis à vis de la dette.
Le graphique ci-dessous nous montre l’augmentation de la dette en 2007, exprimée en pourcentage du PIB.

dette-europe-2007.jpg
données : Banco de Espana / BCE
Aux USA, pays à « la pointe » de la bulle de crédit, ce ratio était de 29% : la hausse de la dette en 2007 et les liquidités artificielles associées ont représenté 29% du PIB US en 2007…à comparer aux 2 à 4% de croissance observés jusqu’ici dans ce pays.
 
A ce niveau 2007 marque un changement en Europe, puisque plusieurs pays atteignent à présent un niveau de dépendance au crédit équivalent à celui des USA. La France, avec un ratio de dépendance de 29% se situe en tête des grands pays de la zone euro, et seule la Belgique nous dépasse un peu avec 33,5%.
La relative bonne performance des économies de la zone euro en 2007 ne doit donc rien à une amélioration réelle des fondamentaux…comme aux USA, ce n’est qu’une croissance virtuelle, entièrement achetée à crédit, et dont on voit mal par quel miracle elle pourrait résister à un ralentissement ou un arrêt de l’expansion anarchique du crédit.
Aux USA, il faut environ 4000 milliards de $ de dette en plus chaque année pour faire tenir la machine…pour la zone euro, en 2007 il a fallu 2800 milliards. Auxquels il faudrait ajouter les « scores » du royaume uni et des autres pays d’Europe hors zone euro.
 
Un dernier petit calcul intéressant pour la France : la dette globale a augmenté de 545,7 milliards d’euros en 2007. Si on rapporte ces chiffres à un ménage de 4 personnes (un couple et deux enfants), cela représente environ 2850 euros mensuels de dette en plus. Environ 2 SMICs…données qui laissent songeur sur la « solidité » du système actuel.
 
D’après Christine Lagarde, « l’économie européenne et en particulier au sein de l’eurogroupe est fondamentalement différente de l’économie américaine »…a-t-elle regardé les dernières statistiques de la BCE ?
 
 
 
 
 
 

Publié dans économie générale

Commenter cet article

City-grow 24/01/2010 17:40


L'europe a encore de la chance ! Ils se permettent d'être protectionistes au possible !

Regardez aux USA, par exemple, où le seul patriotisme qui existe est... sur les drapeaux !


Stéphane 17/07/2008 23:21

réponse à alain290Qui vous dit que sans augmentation de la dette, le PIB des USA aurait été de 0% en 2007.J'aurais plutot dit, si les USA ne s'étaient pas endettés alors la croissance du PIB aurait été de 3%-29%=-26%.Je ne connais pas grand chose en économie donc j'imagine que mon raisonnement ne va pas.

loïc abadie 19/07/2008 09:23


Effectivement les choses sont plus compliquées, et tout l'accroissement de la dette ne va pas directement à la croissance du PIB. Mais sans l'accroissement massif de la dette de ces dernières
années, le PIB réel aurait sans doute été négatif.


Laurent GUERBY 29/04/2008 07:46

Merci pour ta réponse. En prenant la ligne que tu mentionne je trouve 26% de 200702 a 200802 vs PIB 2006.Par contre je trouve la table difficile a interpreter : les prets aux gouvernement sont bien faibles par rapport a ce qu'on connait de dette et je me demande si les prets entre MFI ne sont pas comptés en brut plutot que net. Si la banque prette 1 million a la banque B et la banque B prette 1 million a la banque A on va voir 2 millions au lieu de zero.Ton avis ?Au passage je trouve le rapport Z1 de la Federal Reserve USA plus lisible :).

Laurent GUERBY 27/04/2008 13:09

J'ai du mal a reproduire tes chiffres. Sur les chiffres je trouve une dette totale française qui passe de 1968 millards a 2166 millards entre 2006 et 2007 soit un accroissement de 197 milliards. Le PIB 2006 de la France (le dernier que j'ai trouvé) est de 1792 milliards, soit un ratio accroissement de la dette sur PIB de l'ordre de 11% (sans doute moins car le PIB nominal en 2007 est plus grand que celui de 2006).Comment as-tu calculé ton 30% ?Merci par avance,Laurent

loïc abadie 27/04/2008 20:51


J'ai simplement utilisé les statistiques de la BCE, publiées sur le site de la banque d'Espagne.
En particulier la rubrique "loans to euro area residents" entre dec. 2006 et dec.2007 pour la dette totale.
.
http://www.bde.es/estadis/zoneur/zoneure.htm

http://wwwa.bde.es/scb/stats?data=outstanding_amounts&locale=en

http://wwwa.bde.es/scb/stats?data=growth_rates&locale=en

(


alain2908 27/02/2008 11:47

un chiffre me parait très signicatif : l'augmentation de la dette américaine a représenté en 2007  29% de son PIB alors que ce meme PIB n'a augmenté que de 3 %   ce qu'on peut traduire par, il faut créer 10 dollars de dette supplementaire pour creer 1 dollar de richesse supplémentaire.   Une autre image me semble interessante un gars gagne 1000 euros par mois, on lui propose de gagner 100 euros de plus par mois mais en échange on lui demande de s'endetter de 12000 euros (100 *12 *10) et l'année d'après meme chose : vous voulez 100 euros d'augmentation, pas de problème on vous remet 12  000 euros de dette.   ce type de machine ne tournera pas longtemps comme ça !