Sur le taux de chomâge US...

Publié le par loïc abadie

Le chômage aux USA a atteint la barre des 5% au mois de décembre, d’après les dernières statistiques publiées vendredi…Les marchés ont réagi assez brutalement, avec des baisses de près de 2% sur le Dow Jones et 3,77% sur le Nasdaq.
Pourtant, 5%, ça ne semble pas bien grave, et cela pourrait même représenter une belle performance, surtout pour nous autres français qui sommes englués dans un taux de chômage entre 8 et 10% depuis plus de 20 ans "grâce" à un marché du travail très rigide et un modèle à forte composante étatiste.
 
En fait ce n’est pas le taux en lui même qui fait peur aux marchés, mais le signal que forme la courbe du chômage depuis 2 ans :*

ch--mage-taux.jpg
Si on regarde ce graphique sur les 60 dernières années, on s’aperçoit que chaque récession (bandes grisées), sans exceptions, a été précédée par une figure en creux sur le taux de chômage : 
Après une période de baisse, un creux se forme sur deux ou trois ans, puis le chômage commence à remonter lentement…dès que le retournement à la hausse est confirmé (hausse de plus de 0,5% du taux de chômage par rapports aux plus bas du creux), la récession est imminente, avec un délai maximum de quelques mois. Parfois elle se produit même plus tôt.
Justement, les statistiques de décembre confirment, avec l’accélération de la hausse du chômage le retournement à la hausse de la courbe.
Si on suit cet indicateur, qui a prévu correctement toutes les récessions précédentes, l’entrée en récession des USA est imminente, et va se produire dans un délai maximum de quelques mois…Ce scénario est évidemment renforcé par l’indicateur des permis de construire, déjà présenté ici, et qui pointe aussi vers une récession imminente.
Nous verrons dans les mois à venir si ces indicateurs restent d'actualité...en tout cas le risque est bien là et les marchés semblent l'avoir perçu !
l’ISM manufacturier indique aussi que le secteur manufacturier s’est contracté en décembre, à un plus bas depuis 2003 et va dans le sens d'une récession, mais cet  indicateur est moins fiable que les précédents.

Toujours sur le taux de chômage, on remarquera que le creux de 2005-2006 s'est fait à un niveau plus élevé que le creux de 2000. C'est sans doute le signe d'un retournement plus profond, et d'une dégradation de l'environnement économique sur une échelle de temps supérieure (fin d'un grand cycle de croissance qui a débuté en 1980). 
La courbe va en tout cas dans le sens de ce qui est présenté dans ce blog : celui d'une crise économique beaucoup plus profonde et sévère que les petites récessions qui ont émaillé les 25 dernières années.

Publié dans actualité

Commenter cet article

JEANJEAN 16/01/2008 13:07

A propos de l'inflation passagère , elle n'est qu'un épiphénomène du au surplus de liquidités . Quand le marché boursier et immobilier commenceront vraiment à baisser fortement à cause de la récession à venir , je pense que l'inflation s'évanouira complétement et laissera la place à une grosse déflation de la plupart des actifs bullesques et ce afin de purger le marché de ce trop plein de liquidités , justement .Je suis donc entièrement d'accord avec l'auteur de ce blog .

laloss 14/01/2008 10:47

A propos de la déflation..."GB - Prix à la production +0,5% en décembre, +5,0% annuelsas_pageid='177/(international/detail_actu_intern)'; sas_formatid=601; // pub 300*250 sas_master='S'; // Master : M=master or S=slave sas_target=''; // Targeting SmartAdServer_iframe(sas_pageid,sas_formatid,sas_master,sas_target,300,250); document.write('');LONDRES, 14 janvier (Reuters) - Les prix à la production en Grande-Bretagne sont restés en décembre à leur plus haut niveau depuis plus de 16 ans, en raison principalement de la hausse des cours du pétrole et des produits alimentaires, montrent les statistiques officielles publiées lundi.L'indice des prix à la production à augmenté de 0,5% par rapport à novembre, portant sa progression en rythme annuel à 5,0%, le plus élevé enregistré depuis août 1991.Les analystes et économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une hausse de 0,4% d'un mois sur l'autre et de 4,6% en rythme annuel.Les prix des matières premières affichent une envolée de 11,2% sur un an, la plus forte depuis mai 2006.Les prix alimentaires sont en hausse de 7,4% en rythme annuel, précise l'Office national de la statistique (ONS), le taux le plus élevé depuis le début du recensement de ces chiffres en 1992.Ceux des produits pétroliers ont bondi de 20,5% sur un an, leur plus forte hausse depuis mars 2000./MA"

jm 14/01/2008 07:56

Bonjour,cela faisait un moment que je n'avais pas visité ce blog (avant les élections de Mai). Je voudrais revenir sur plusieurs points qui m' avait troublé:Sarkozy l' homme d' état qu'il fallait pour la France?J'avais laissé un commentaire disant qu'il était complétement déséquilibré et absolument pas fiable. Qui avait raison?Aujourd'hui ce qu'il nous faut, c'est un sauteur de la jetset ou un penseur?Une grande déflation à venir? Rester liquide?J'avais dit que ce n' était pas clair. Et en fait, ce qui se passe est très particulier: inflation énergie-denrées alimentaires et déflation immobilier (villas desservies par les voitures mais pas forcément les petits appartements centraux bien situés et proches des infrastructures de bases-écoles hopitaux commerces). "Rester liquide" est un conseil assez cavalier pour ne pas dire suicidaire. De toute évidence, il faut investir massivement dans la production d ' énergie (j'ai pas dit production d' électricité ou revente de gaz) et de nourriture.Le Pic Pétrolier et le Réchauffement Climatique de la gnognote?Ces deux choses sont pourtant les causes de la crise financière, au- delà du fait que le système financier a perdu la tête depuis longtemps et est à la merci du moindre problème. Le fait est que nous sommes maintenant menacé une série de problèmes en cascade qui rendent plus que jamais totalement caduque tous les hypothèses de pricing traditionnelles (CAPM, BS option pricing etc...). Nous allons assister à une ré-évaluation massive du risque qui va faire imploser la sphère financière dans un contexte de terra incognita complète. C'est absolument inéluctable. Il ne faut surtout pas rester totalement liquide ou en action (sauf day trading) mais aller aussi en asset réel producteur d' énergie et de nourriture, en gardant à l' esprit que, sans stabilité politique et sociale, le peu qui restera partira en fumée. Ce qui nous ramène à Sarkozy, le plus mauvais placement jamais réalisé par les financiers. IL N' Y A PAS D'ISSUES AUTRES QU' UN CHANGEMENT RADICAL DU SYTEME. IL FAUT ANTICIPER CE CHANGEMENT ET SORTIR D'UNE VISION TYPE CLASSE SOCIALE SUPERIEURE- PARVENUE DANS CERTAINS CAS - IMBUE D'ELLE-MÊME ET ARROGANTE SINON UNE REVOLUTION SOCIALE VIOLENTE VIENDRA AVANT 2010.

loïc abadie 15/01/2008 18:01

Bonjour, ce blog est simplement là pour proposer des prévisions économiques et quelques choix possibles pour les épargnants au niveau individuel pour les aider à passer le cap d'une crise économique potentiellement importante. Son objet n'est donc pas de proposer un projet de changement de société.

Roberto Fréchette 11/01/2008 07:03

BonjourJe crois que la promesse baisser les taux d'intérêt de la part de la Fed(U.S.) est un aveu que la situation est plus grave qu'on voulais nous faire croire.Si la plus grande économie de la planète n'a pu résoudre encore cette crise qui n'en fini plus c'est parce que on veut le beurre et l'argent du beurre. Je crois que dans un avenir proche le retour du protectionisme et la fin d'une certaine mondialisation.Le prétrole et la nourriture seront encore les grandes vedettes en 2008 et l'or sera en hausse tant que les taux diminueras.La fin du dollar américain comme étalon mondial dans les paiements du prétrole sera un fait en 2008.La guerre américaine avec L'Iran sera ce que a été L'Angleterre avec l'Allemangne.Je crois que les marchés vont chuté d'au moins 50% au États-Unis d'ici juin 2008(Parce que les taux américains seront en forte hausse).Je crois 2009 sera l'année de la Très Grande Dépression. Fin

Roberto Fréchette 07/01/2008 07:23

Bonjour a tousSi on ne prend pas en compte l'industrie de la guerre(Armement et autres) aux États-Unis,ce pays est non seulement en récession mais en en dépression économique grave et le pire c'est que la plupart de leur usines sont a l'abandon (Pratiquement aucun investissement pour les remettre en marche).La mortalité infantile est en hausse(Légèrement mais comme dans l'ex URSS avant sa chute). Il y a un précédent dans l'histoire ..l'Espagne ,pays très riche on volais l'or des Aztèques des Incas et quand la source c'est tari vu que les Espagnols a part la guerre ne produisais rien est devenu un pays pauvres et sans importance sur l'échiquier de l'Europe pendant quelques siècles.Les américains ont obligé les pays producteur de pétrole de prendre leur dollar comme paiement.La source est en train de se tarir et le dollar US est la monnaie du pétrole.Pourquoi tout cela arrive,je crois vous, tout comme moi on a pas fait notre devoir de citoyen,on a laissé nos gouvernement faire des sales guerres(Pour volé les richesses des autres) on a laissé les hommes d'affaires et banquiers de toutes sortes prendre notre argent contre des rêves impossibles parce que l'État appuyais ces choses.Le cash c'est eux les dettes c'est nous voila l'équation qu'on veut nous faire avalé maintenant.Je suis du Québec(Canada) j'ai 55 ans 27 ans pour le même employeur (Cuivre,Or,Platine)Xstrata,il me reste 5 ans pour avoir droit a ma retraite,je serai en plein dans le pic des retraites des Baby Boomers.Je ne crois pas que d'ici ce temps ils y aura l'argent pour tout ce beau monde y compris moi.Regardez le canal Animal Planet,c'est une belle vitrine de la vie que mène les citoyens américains, après quelques épisodes si vous ne croyez pas que les États-Unis sont déja en récession ces que devez êtres très pauvres.